Les Sem’Elles : plus loin, plus fort, ensemble

Fadwa Lapierre
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Quinze femmes déterminées se sont relayées pour courir 650 km, de Toronto à Beloeil, en passant par Ottawa. Dimanche dernier, les Sem’Elles ont réussi leur pari, devant une foule conquise par leur motivation. Familles et amis s'étaient donné rendez-vous à la ligne d’arrivée, à l’école secondaire Polybel, pour accueillir chaudement les participantes.

Mélissa Ouellet, instigatrice du défi, était ébahie par la réalisation accomplie. « J’ai eu cette idée folle il y a un an. C’est une fierté pour toutes les filles d’y être arrivées. Elles se sont donné corps et âme ! Après une aventure de cinq mois, nous pouvons dire mission réussie. »

Pour réussir ce défi, les Sem’Elles ont suivi un entraînement intensif. Au-delà de la vitesse ou du nombre de kilomètres parcourus, l’esprit d’équipe primait. « C’est une expérience merveilleuse. L’initiative d’une femme, par son charisme et son inspiration, a mené à l’accomplissement d’un défi irréaliste. C’était quatre jours d’émotions fortes, où la camaraderie prenait toute la place », dit Samuel Ostiguy, entraîneur au groupe Esprit de corps, qui les supervisait.

Chacune des participantes, âgées de 30 à 55 ans, a couru environ 80 km. Marie-Noële Tanguay a été la meneuse du groupe en parcourant 115 km. « Je n’avais pas un objectif de distance, je voulais courir quelques kilomètres avec chaque groupe de filles, souligne-t-elle. C’est un défi qu’on a réalisé ensemble. C’est très significatif pour tout le monde de se rendre jusqu’au bout. »

La mairesse de Beloeil, Diane Lavoie, était sur place pour féliciter le groupe. « La Ville de Beloeil est très fière de les appuyer. Des femmes se sont unies et ont démontré que même si on n’est pas sportive, quand on se lance un défi, on peut le réaliser. C’est leur journée ! »

Donner au suivant

L'animatrice Sylvie Lauzon a été la marraine du groupe. Elle l’a accompagné tout au long du marathon. « J’ai assisté à une grande expérience. Ces femmes ont beaucoup appris sur elles-mêmes. Elles seront une source d’inspiration pour d’autres. C’est extraordinaire d’avoir autant de proximité dans un groupe, elles se sont dépassées. »

Le Vallée-du-Richelieu Express.ca a suivi le cheminement des Sem’Elles durant les derniers mois. L’éditeur du journal, Richard Bertrand, a souligné l’intensité du défi relevé par ces femmes. « TC Media est fier de collaborer, de soutenir et de donner de la visibilité à cet exploit extraordinaire. Chapeau à vous ! Vous pouvez compter sur nous l’an prochain. »

L’objectif des Sem’Elles est de promouvoir l’activité physique dans la Vallée-du-Richelieu. Grâce à leurs efforts, des organismes de la région ont bénéficié de leurs collectes de fonds. Un montant de 5000 $ a été remis au Centre périnatal Le Berceau. La Fondation Bon départ a de son côté reçu 15 000 $. Cette somme vient doubler le montant alloué par cet organisme à la région.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires