Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
15 octobre 2018 - 09:00

Les producteurs laitiers de la région se disent trahis par le gouvernement Trudeau

Par Salle des nouvelles

La centaine de producteurs laitiers de la Montérégie-Ouest réunis le vendredi 12 octobre devant le bureau de Jean-Claude Poissant, député libéral et Secrétaire parlementaire du ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, ont exprimé leur colère et leur sentiment de trahison envers le gouvernement Trudeau dans le cadre du nouvel Accord États-Unis–Mexique–Canada (AEUMC).

« Nous avons perdu toute confiance envers le gouvernement Trudeau, dont Jean-Claude Poissant est membre. La promesse libérale de protéger la gestion de l’offre n’a été qu’une farce! Avec le nouvel accord, les agriculteurs d’ici ne croient plus à leurs promesses vides, tromperies et improvisations lâches, » a déclaré d’emblée André Séguin, 1er vice-président des Producteurs de lait de Montérégie-Ouest.

Impacts réels pour l’industrie canadienne

L’AEUMC, l’Accord de commerce Canada-Europe (AECG) et le Partenariat TransPacifique (PTPGP) ont cédé à eux seuls 9% de la production et de l’industrie laitière canadienne, sans compter les concessions depuis 1994 dans les traités de l’OMC. Cela représente 800 millions de litres de lait que les producteurs canadiens ne produiront plus, que les transporteurs de lait ne transporteront plus, que les contrôleurs laitiers ne mesureront et n’analyseront plus, que les usines d’ici ne transformeront plus.

« Ce sont 800 millions de litres de lait pour lesquels nos agronomes, vétérinaires, vendeurs d’équipements, comptables, conseillers en gestion, notaires, mécaniciens agricoles, employés et familles ne seront jamais payés… tous des travailleurs canadiens de la classe moyenne! Ces 800 millions de litres de lait ne respecteront pas les normes canadiennes qui régissent chez nous la production, le bien-être animal, la protection de l’environnement, la salubrité et le droit du travail. Quelle honte! » a ajouté M. Séguin.

Souveraineté alimentaire menacée

En concédant aux Américains un droit de regard sur les classes de lait et en acceptant qu’ils viennent limiter le droit d’exporter la poudre de lait écrémé canadienne, le gouvernement Trudeau représente une menace sans précédent pour la souveraineté alimentaire.

Réunis pour appuyer leur syndicat, les producteurs ne voient qu’une façon de répondre à leur sentiment de trahison : des gestes concrets, et ce très rapidement. « Si le gouvernement Trudeau veut rétablir le lien de confiance avec les producteurs, il va falloir laisser de côté les belles images. Oubliez des solutions telles que le Programme d’investissement pour les fermes laitières que vous avez mis en place avec le Partenariat TransPacifique et l’Accord de commerce Canada-Europe. On en veut pas! » a averti M. Séguin.

Force économique du secteur laitier en Montérégie-Ouest

Le secteur laitier de la Montérégie-Ouest contribue fortement à l’économie locale en générant un PIB de 285,3 M$ et plus de 4 300 emplois. Les 433 fermes laitières de la région produisent à elle seules 216,1 M$. Au Canada, 40 % du lait est produit et transformé au Québec.

Adoption d’une résolution extraordinaire

Rappelons que le 4 octobre dernier, la Fédération de l’UPA de la Montérégie adoptait, dans le cadre de son assemblée générale annuelle, une résolution extraordinaire afin d’accentuer rapidement la pression sur le gouvernement fédéral tant que les producteurs ne seront pas satisfaits des conditions de l’entente.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vallée-du-Richelieu Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vallée-du-Richelieu Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.