Publicité
7 janvier 2019 - 09:00

Le point sur la situation

Cannabis à l’étranger: bonne ou mauvaise idée selon CAA-Québec?

Par Salle des nouvelles

Vous vous envolerez sous le chaud soleil du Sud au cours des prochains jours? Vous aimeriez apporter du cannabis afin d’en consommer sous les palmiers. Selon CAA-Québec, c’est une bien mauvaise idée, car cela pourrait vous attirer bien des problèmes à la frontière.

Premièrement, précisons que selon la loi, il est illégal de sortir du Canada ou d’y entrer avec du cannabis. Que ce soit pour relaxer, soulager l’arthrite, faire la fête ou le consommer sous forme de muffins, de boisson, en fleurs ou dans un petit pot ou un gros sac, c’est non. La personne qui se fait prendre avec ce produit, aux douanes terrestres ou aériennes, s’expose à des sanctions pénales au Canada.

Nos voisins du Sud ne rient pas avec le cannabis

Si le Canada est tolérant avec cette substance maintenant légale, il n’en est rien avec nos voisins du Sud. Malgré tout, saviez-vous qu’il est légal de consommer du cannabis dans 10 États américains, dont le Maine et le Colorado? Cependant, il est illégal de traverser la frontière entre ces deux pays avec du pot selon les lois fédérales des deux pays. Tout contrevenant à celles-ci s’expose à un refus d’entrée, mais aussi à une amende, une arrestation un dossier criminel et plusieurs autres conséquences.

En général, les consommateurs de drogue qui ont commis des infractions en matière de stupéfiants, aux États-Unis ou ailleurs, ne sont pas admissibles aux États-Unis. Les douaniers peuvent refuser l’accès au pays à toute personnel admettant avoir consommé du cannabis avant sa légalisation.

« Nos conseillers en voyages sont renseignés et vont donner l’heure juste à ceux qui craignent des complications à la frontière à la suite de la légalisation. Il faut à tout prix éviter de traverser les douanes avec du cannabis. Cela dit, c’est clair que les autres pays ne fermeront pas leurs portes aux Canadiens parce que le pot est légal! » soulève Philippe Blain, vice-président services voyages chez CAA-Québec.

Toutefois, ne dramatisons pas: une personne qui consomme du cannabis légalement au Canada et qui n’a jamais été reconnue coupable d’une infraction liée à la drogue ou qui n’en a pas en sa possession n’a rien à se reprocher. L’Agence américaine des douanes précise que le fait de travailler pour l’industrie légale de cannabis au Canada n’est pas un motif pour refuser l’entrée à un voyageur canadien aux États-Unis si son voyage ne concerne pas son travail.

Deux pays où le cannabis est légal

À l’heure actuelle, le cannabis est légal dans seulement deux pays soit le Canada et l’Uruguay. Il demeure illégal de traverser les frontières avec de la drogue, même pour un usage médical.

Enfin, CAA-Québec précise qu’il n’est pas interdit de prendre un vol intérieur au Canada avec du cannabis. Toutefois, dans de rares cas d’atterrissages d’urgence aux États-Unis, il pourrait y avoir des complications si l’on a du cannabis en sa possession. Elle ajoute aussi que l’âge légal pour acheter, posséder et consommer du cannabis est de 19 ans partout au Canada, sauf en Alberta et au Québec (18 ans). En terminant, elle précise que les endroits où il est permis de consommer varient d’une province à l’autre, d’une ville à l’autre et même d’un arrondissement à l’autre. Il est donc recommandé de se renseigner avant d’allumer.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vallée-du-Richelieu Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vallée-du-Richelieu Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.