Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
1 août 2018 - 16:36

Texte commandité

4 risques liés au travail en hauteur

 

Le travail en hauteur comporte de nombreux risques que ce soit à titre privé ou professionnel et quel que soit le secteur d’activité, qu’il soit temporaire ou permanent. Les bâtiments, les toitures, les terrasses, les toits plats nécessitent des moyens d’accès potentiellement dangereux : échelles, escaliers, passerelles, échafaudages, camion-citerne… Quels sont les risques du travail en hauteur et comment s’en prémunir ?

Les facteurs de risques

  1. Il y a tout d’abord les facteurs physiques dus à la fatigue, le vertige ou les médicaments occasionnant une baisse de vigilance. Ces facteurs sont souvent négligés par les ouvriers et c’est la chute. 
  2. Les facteurs climatiques génèrent également chutes ou glissades. Le froid, le vent, le brouillard, la chaleur, le soleil, l’humidité sont source d’inconfort, de sol glissant, d’aveuglement.
  3. Les facteurs environnementaux comme le bruit, le manque de lumière, la chaleur dégagée par les équipements représentent des conditions de travail à risque ;
  4. L’organisation du travail est également en cause : le manque de formation des employés, une prévention réduite à des équipements individuels type arrêt de chute seulement, des horaires trop chargés, le manque de personnel sur site ou leur surnombre… Parfois même, le matériel n’est pas en bon état ou inadapté et conduit à des prises de risques mal appréhendées. C’est le cas en particulier des échelles défectueuses, d’échafaudages bas de gamme, de plateformes non sécurisées, de toits fragiles. Trop d’outillage peut aussi encombrer le sol.

Les conséquences sur l’homme

Parmi les accidents recensés, on constate bon nombre de fractures, des écrasements, des plaies, des lésions internes ou des traumatismes crâniens, sans compter les décès. La sécurité du travail en hauteur est donc capitale.

Les gestes de préventions

La prévention passe par une bonne analyse des risques propres à chaque profession. C’est même le seul moyen de mettre en place des mesures de prévention collective.

Une intervention sur une plateforme ou un toit plat doit par exemple obliger les employeurs à installer des garde-corps amovibles pour protéger les salariés en plus des équipements individuels.

La formation à un comportement sécuritaire devrait être systématique. Seule la connaissance des dangers permet d’anticiper les risques encourus sur chacun des chantiers, par exemple la présence de lignes électriques, d’une voie routière, d’un passage piéton…

La sécurité au travail est l’affaire de tous. Les employés sont en droit d’exiger des conditions de travail sécuritaires, la responsabilité des employeurs est totalement engagée.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vallée-du-Richelieu Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vallée-du-Richelieu Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.