Publicité

8 avril 2020 - 12:55 | Mis à jour : 13:43

PANDÉMIE COVID-19

Ottawa modifie la subvention salariale d'urgence

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Lors de son point de presse quotidien, le premier ministre du Canada, M. Justin Trudeau, a annoncé que la subvention salariale d’urgence sera élargie afin de permettre à plus d’entreprises d’y avoir accès. 

Parmi les modifications annoncées ce mercredi, notons que les entreprises devront démontrer une baisse de revenu de 15 % pour le mois de mars et non plus de 30%, comme il se devait auparavant. 

« On avait dit que les entreprises devaient démontrer que leurs revenus avaient baissé de 30 % ce mois-ci par rapport à l’année précédente pour recevoir la subvention. On reconnaît que pour les organismes à but non lucratif, les entreprises à croissance rapide comme les start-up et les nouvelles entreprises, ça peut poser problème », a souligné le premier ministre. 

Soulignons également que les entreprises pourront utiliser, à titre de référence, les mois de janvier et de février pour démontrer une perte de revenu. Quant aux organismes à but non lucratif et de bienfaisance, elles pourront choisir d’inclure ou d’exclure les subventions gouvernementales dans le calcul des pertes de revenus. 

Finalement, rappelons que la subvention salariale d’urgence vise à couvrir 75% des salaires des employés, jusqu’à concurrence de 847$ par semaine, et ce, rétroactivement au 15 mars.

Si pour l’instant le gouvernement estime qu’il faudra compter entre trois et six semaines pour toucher la subvention, le premier ministre assure que son gouvernement fait tout son possible pour accélérer le processus et espère arriver à livrer le programme d’ici trois semaines « peut-être même plus tôt si ça va bien », a-t-il indiqué lors de la conférence de presse. 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vallée-du-Richelieu Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vallée-du-Richelieu Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.