Publicité

18 juin 2021 - 07:00

Centre de services scolaire des Trois-Lacs

Une première entente de principe pour le personnel professionnel de l’éducation

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

La Fédération des professionnels et professionnels de l'éducation du Québec (FPPE-CSQ) annonce avoir conclu une entente de principe sectorielle avec le Comité patronal de négociation pour les centres de services scolaires francophones (CPNCF) pour le renouvellement de la convention collective de ses membres.

L'entente, survenue le 14 juin, en soirée, concerne le renouvellement de la convention collective P1 (le personnel professionnel des centres de services scolaires francophones) et sera en vigueur jusqu'au 31 mars 2023.

Elle a été entérinée par les déléguées et délégués du conseil fédéral de la Fédération et sera présentée aux membres des centres de services scolaires francophones, pour approbation, dans les prochaines semaines.

Il importe toutefois de préciser que l’entente porte uniquement sur les conditions de travail des professionnels qui travaillent auprès d’élèves présentant des difficultés d’apprentissage et d’adaptation. Les questions dites intersectorielles, dont les augmentations de salaire, le régime de retraite et les disparités régionales, seront négociées par la centrale syndicale soit la CSQ.

Au Québec ce règlement touche près de 2200 travailleurs, majoritairement des femmes, dont des bibliothécaires et des conseillères en orientation.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vallée-du-Richelieu Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vallée-du-Richelieu Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.