Publicité

23 juin 2021 - 07:00

Politique fédéral

Le comité ferroviaire de Boucherville comparaît à Ottawa

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

À l’invitation du député de Pierre-Boucher – Les Patriotes – Verchères, Xavier Barsalou-Duval, la conseillère municipale du district 1 et présidente du comité ferroviaire de Boucherville, Isabelle Bleau, accompagnée de François Beaulne, ont comparu devant le Comité permanent des transports et des infrastructures à Ottawa dans le cadre d’une étude menée par celui-ci au sujet de la sécurité ferroviaire les 15 et 17 juin dernier.

« Dans le contexte de cette étude sur la sécurité ferroviaire et en tant que vice-président de ce comité de la Chambre des communes, il m’apparaissait incontournable que le point de vue des gens d’ici soit entendu. La préoccupation des citoyens de chez nous pour la sécurité ferroviaire est constante. Il s’agissait aussi d’une occasion favorable pour faire connaître le projet de réaménagement auprès des représentants du parlement », a déclaré Xavier Barsalou-Duval.

« Après la première étape que consistait l’étude de préfaisabilité et qui a démontré que le réaménagement de la voie ferrée était possible, la ville de Boucherville sollicite maintenant une contribution financière du gouvernement fédéral pour une étude de faisabilité qui serait d’une bien plus grande ampleur », a indiqué la présidente du comité ferroviaire de Boucherville, Isabelle Bleau.

« J’ai également saisi l’occasion de mon apparition devant le comité pour dénoncer le manque d’information sur la nature des marchandises dangereuses qui traversent la municipalité. Actuellement, il n’y a qu’une seule personne à la ville, sous serment, qui a accès à l’information, et ce, après le passage des marchandises. Même le maire n’est pas au courant ! Je considère que ça compromet sérieusement notre capacité de réaction en cas d’accident », déplore la conseillère du district 1.

« Je remercie monsieur Barsalou-Duval de l’invitation à comparaître au Comité permanent des transports et des infrastructures. J’ai profité de mon témoignage pour faire un plaidoyer sur la nécessité d’un changement d’attitude des autorités fédérales qui devraient démontrer plus d’ouverture à l’égard des demandes des communautés traversées par les voies ferrées, citant en exemple le cas de Soligaz dans les années 90 », ajoute François Beaulne.

 

Des témoins en provenance d’autres régions du pays ont aussi fait part de leurs doléances quant au manque de transparence sur les marchandises qui circulent sur les rails. Plusieurs étaient également préoccupés par le risque posé pour la sécurité par le transport de marchandises dangereuses comme le pétrole en périmètre urbanisé.

Les représentants du comité ferroviaire de Boucherville ont aussi eu l’occasion de déposer un mémoire afin d’étayer davantage leur vision. Les témoignages et les mémoires recueillis serviront à produire un rapport qui sera déposé à la Chambre des communes. Celui-ci comportera une série de recommandations pour le gouvernement fédéral. Toutefois, un déclenchement d’élections hâtives viendrait compromettre les chances que ce rapport se concrétise.

« Il va de soi que je fais miennes l’ensemble des recommandations du comité ferroviaire de Boucherville et que je compte m’en faire l’ambassadeur auprès de mes collègues à Ottawa. Les nombreuses revendications doivent être entendues et la collaboration du gouvernement fédéral ne devrait pas être l’exception, mais plutôt la norme », a conclu monsieur Barsalou-Duval.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vallée-du-Richelieu Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vallée-du-Richelieu Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.