Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Les Producteurs et productrices acéricoles du Québec

L’avenir du sirop d’érable est en jeu  

durée 12h23
1 juillet 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Catherine Deveault

Les Producteurs et productrices acéricoles du Québec (PPAQ) présentent leurs demandes dans le cadre de la consultation publique sur le Plan directeur ministériel pour le développement  de l’acériculture en forêt publique lancée le 26 mai dernier. Ils invitent la population à se saisir de cet enjeu crucial pour l’avenir du sirop d’érable, produit qui fait la fierté des Québécois et des Québécoises. 

Le Plan directeur doit assurer les conditions gagnantes permettant la croissance de la production de sirop  d’érable. « Ce que nous demandons, c’est de protéger les forêts et l’érable et de réserver 200 000 hectares  de forêts publiques pour des activités durables qui peuvent cohabiter, comme l’acériculture, afin d’assurer  son futur pour les 50 prochaines années au moins. Si le gouvernement décide de maintenir sa cible de  seulement 24 000 hectares, il fera le choix de sacrifier les érables au profit des coupes de l’industrie  forestière. Cela mettra en péril le développement d’une industrie chère aux Québécois et aux Québécoises, qui compte 8 000 entreprises, plus de 13 300 producteurs et productrices pour des recettes de plusieurs  centaines de millions de dollars pour le Québec, et ça c’est sans compter tout l’écosystème économique qui  gravite autour du monde acéricole », s’inquiète Luc Goulet, président des PPAQ. 

En plus de la protection d’hectares pour préserver le potentiel acéricole, les PPAQ s’opposent à la nouvelle  norme d’entaillage de 24 centimètres, qui retirerait 1,8 million d’entailles sur les 9 millions présentement en  exploitation sur les terres de la couronne. Ils réclament également un changement quant à l’utilisation des coupes à diamètre de maturité financière, qui encourage les forestiers à couper les érables matures qui ont  les meilleurs rendements pour les producteurs et productrices acéricoles. 

Un rempart pour la protection de l’érable  

Le président des PPAQ lance un cri du cœur : « Comme ça se présente, l’érable va se faire rare pour  l’acériculture. Ça aura des conséquences non seulement pour le développement de l’industrie acéricole, mais aussi pour tous ceux qui font usage de la forêt publique. L’appui de la population et des acteurs du  milieu est essentiel pour faire comprendre au gouvernement l’importance que l’on accorde comme  Québécois au sirop d’érable. C’est un produit de qualité qui fait notre fierté et qui est exporté dans plus de  60 pays. À tous les adeptes de l’érable, que vous soyez consommateurs, producteurs, acheteurs, transformateurs, équipementiers, je vous invite à vous faire entendre et à participer à la consultation du  ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs pour défendre l’avenir de ce joyau de notre patrimoine »,  conclut M. Goulet.

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


5 août 2022

Le taux de chômage à 4,1% au Québec en juillet

Le taux de chômage s’est maintenu à 4,9 % en juillet au Canada, ce qui correspond au creux historique enregistré en juin. Statistique Canada ajoute qu’au Québec, le taux de chômage du mois dernier a été mesuré à 4,1 %. À l’échelle du Canada, chez les personnes âgées de 25 à 54 ans, le taux de chômage s’est établi à 4 % le mois dernier et il a ...

5 août 2022

Ottawa contestera les tarifs douaniers américains sur le bois d’œuvre

L’imposition par Washington de droits compensateurs moins élevés que prévu sur les exportations de bois d’œuvre canadien ne contribue guère à apaiser le mécontentement d’Ottawa. La ministre fédérale du Commerce international, Mary Ng, a qualifié jeudi les plus récents tarifs douaniers américains imposés sur le bois d’oeuvre canadien de «sans ...

2 août 2022

L’attrait pour les substituts de viande dépend de son emballage, selon une étude

Est−on plus enclin à goûter à des produits végétariens si ceux−ci sont appelés différemment? Une étude de Concordia indique que oui. La présentation du produit peut faire toute la différence quand on souhaite percer chez les consommateurs qui mangent aussi de la viande, selon les données recueillies. En effet, les participants sondés à qui on ...