Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Le chef du Bloc québécois

Compte d'urgence pour les entreprises: Blanchet veut un appel avec Trudeau

durée 18h00
30 octobre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, souhaite avoir un appel téléphonique avec le premier ministre Justin Trudeau au sujet des assouplissements demandés au remboursement des prêts du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC).

Pendant ce temps, les libéraux disent chercher l'appui d'un parti d'opposition afin de faire cheminer un projet de loi qu'ils présentent comme prioritaire pour mettre en place des mesures d'abordabilité, le projet de loi C-56.

Selon eux, les conservateurs bloquent l'avancement de la pièce législative en employant des manœuvres d'obstruction et ils ont besoin du soutien des néo-démocrates ou bloquistes pour pouvoir faire adopter une motion qui limiterait le temps de débat restant, au stade de la deuxième lecture. Cela vise à pouvoir procéder à un vote et passer à d'autres étapes législatives.

M. Blanchet a mentionné lundi que le Bloc québécois, dans son «ADN», n'est pas porté vers «les bâillons», mais il croit que l'appel avec M. Trudeau s'inscrit dans une logique de voir comment faire face, de façon générale, à la tendance, à ses yeux, qu'ont les conservateurs de «mettre du sable dans l'engrenage de l’institution démocratique et le Parlement de façon systématique».

«C'est déplorable et je comprends le gouvernement de dire ‘’Eille, il va falloir débloquer des projets de loi à un moment donné’’», a soutenu le chef bloquiste devant les journalistes.

Il a ajouté qu'il n'est «pas là pour aider les libéraux». «Je suis là pour aider les Québécois», a dit M. Blanchet.

Le chef bloquiste s'est gardé de révéler la nature de possibles négociations avec les troupes de Justin Trudeau, de même que d'indiquer si le CUEC y joue un élément central.

La semaine dernière, une source gouvernementale avait affirmé à La Presse Canadienne que les libéraux avaient reçu une demande bloquiste au sujet du Compte d'urgence. Cette demande s'inscrit dans le cadre de discussions sur une éventuelle motion d'allocation de temps entourant C-56.

Cette source, de même qu'une autre au sein de l'équipe libérale, a fait savoir que le gouvernement tente d'avoir l'appui du Nouveau Parti démocratique (NPD) ou du Bloc québécois pour faire adopter une telle motion. Une source néo-démocrate a aussi confirmé la tenue de discussions.

Les trois sources ont requis l'anonymat puisqu'elles n'étaient pas autorisées à parler publiquement de ces questions.

Quoi qu'il en soit, le Bloc québécois rappelle souvent publiquement sa demande d'assouplissement sur le prêt du compte d'urgence. Ce fut notamment le cas à la période des questions de jeudi dernier.

Lundi, M. Blanchet a réitéré que son parti souhaite que la date butoir de remboursement de prêts fasse l'objet «d'une prolongation d'un an, soit pour un paiement complet, soit pour l'établissement d'une entente avec les institutions financières».

Le CUEC, créé durant la crise de la COVID-19, a permis de «vers(er) 49 milliards de dollars sous forme de prêts sans intérêt allant jusqu’à 60 000 $, assortis d’une radiation partielle à près de 900 000 petites entreprises et organismes à but non lucratif pour les aider à payer leurs frais de fonctionnement durant la pandémie», peut-on lire dans un document d'information du fédéral.

Une annonce des libéraux, en septembre, portait sur le report de la date butoir pour le remboursement des prêts du 31 décembre prochain au 18 janvier. 

Dans une lettre adressée à la ministre des Finances, Chrystia Freeland, des députés bloquistes ont soutenu qu'ils s'appuient sur les constatations de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante. «Nous le savons, ce sursis d’au maximum trois mois ne sera pas assez pour éviter la vague de faillites qui se profile à l’horizon», ont fait valoir les élus.

Les bloquistes n'ont pas manqué de soutenir, dans leur lettre comme en Chambre, que l'Assemblée nationale du Québec a adopté à l'unanimité une motion pour demander de «repousser substantiellement l’échéance du 31 décembre 2023». Le report déjà annoncé par le fédéral ne satisfait visiblement par Québec ni les premiers ministres de l'ensemble des provinces et territoires canadiens.

Tous ont signé une lettre envoyée à M. Trudeau par les premiers ministres des provinces et territoires. Ils y réclament, eux aussi, une prolongation d’un an de la période de remboursement des prêts sans intérêt.

Émilie Bergeron, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


5 avril 2024

Alerte: le taux de chômage s'établit à 6,1 % au Canada et à 5,0 % au Québec en mars

L'emploi a peu varié au Canada en mars, alors que le taux de chômage a augmenté de 0,3 point de pourcentage pour atteindre 6,1 %, selon Statistique Canada. Au Québec, l'emploi a reculé de 18 000 et le taux de chômage a progressé de 0,3 point de pourcentage pour atteindre 5,0 %. Plus de détails à venir.

2 avril 2024

Fitzgibbon ne ferme pas la porte à offrir des minéraux pour attirer des entreprises

Le ministre de l'Économie, de l'Innovation et de l'Énergie Pierre Fitzgibbon ne ferme pas la porte à offrir des minéraux, comme le lithium, pour attirer de nouveaux joueurs dans la filière batterie. Selon ce que rapportait Radio-Canada la semaine dernière, le gouvernement serait prêt à céder des parts qu’il détient dans l’entreprise Nemaska ...

2 avril 2024

Le code de conduite ne ferait pas augmenter les prix, défend le patron d’Empire

Le grand patron d'Empire, Michael Medline, a défendu qu'il n'existe aucune preuve qu'un code de conduite des épiciers ferait augmenter les prix des aliments au Canada.  Le président et chef de la direction de la société mère de Sobeys, qui exploite l'enseigne IGA au Québec, a fait ce commentaire lors d’un événement du Conseil canadien du commerce ...