Publicité

4 juillet 2020 - 06:00

Ces 4 et 5 juillet

Maison Amérindienne et Musée des beaux-arts: un accueil gratuit des travailleurs de la santé

Par Salle des nouvelles

Afin de célébrer la réouverture des Musées et pour remercier les travailleuses et les travailleurs de la santé, l’équipe de La Maison amérindienne et du Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire a décidé de se joindre à un groupe de 23 musées à travers le Québec qui souhaite offrir un accès gratuit à leurs institutions ces samedi 4 et dimanche 5 juillet.

Au cours du mois de juin, les musées ont recommencé à accueiller des premiers visiteurs depuis leur fermeture il y a près de quatre mois. Dans l’ensemble des institutions muséales du Québec, l’expérience des visiteurs a été entièrement revue et adaptée afin d’assurer leur sécurité.

Des parcours à sens unique et toute une panoplie de mesures visant à assurer la sécurité sanitaire et à bonifier la médiation des œuvres seront au rendez-vous pour que tout se déroule de manière agréable.

Lors de leur visite, les travailleuses et les travailleurs de la santé pourront découvrir un très grand nombre d’expositions et projets aux quatre coins du Québec. Ensemble, ces musées présentent plusieurs centaines d’artistes historiques et contemporains.

À découvrir à à La Maison Amérindienne

À La Maison amérindienne, en plus de l’exposition permanente De l’eau à la bouche, sur la tradition amérindienne de l’érable et Le Salon Riopelle qui présente des œuvres de l’artiste Jean-Paul Riopelle inspiré des peuples autochtones, ils pourront visiter l’exposition Territoire – notre héritage, un hommage à deux décennies ancrées sur un territoire millénaire à mieux faire connaître les savoirs et savoir-faire autochtones.

Au Musée des beaux-arts, l’exposition temporaire Le Nid du sculpteur autodidacte Jean-Louis Slezak sera accessible tout comme l’exposition permanente.

« Nous avons vraiment très hâte d’accueillir le personnel de la santé au Musée. Depuis quatre mois déjà, ces gens vivent une période excessivement difficile. Il nous est apparu très naturel d’essayer, à notre tour, de faire un geste à leur égard. J’espère que les trésors culturels du Musée leur offriront l’occasion de prendre une pause et de penser notre société autrement, loin des urgences médicales et des complexités du système de santé », a déclaré Jean-François Bélisle, directeur général et conservateur en chef du Musée d’art de Joliette.

Ensemble, les 23 musées participant à cette initiative souhaitent poser un geste fort et solidaire envers la communauté médicale du Québec.

Les musées participants sont les suivants : le Centre Phi, l’Église St. James, l’Espace Pauline-Julien, la Maison amérindienne, le Manoir Boucher de Niverville, le Musée Beaulne, le Musée Boréalis, le Musée d'art contemporain de Baie-Saint-Paul, le Musée d'art contemporain de Montréal, le Musée d’art contemporain des Laurentides, le Musée d'art de Joliette, le Musée de la civilisation, le Musée de la Gaspésie, le Musée de l'ingéniosité J. Armand Bombardier, le Musée d'histoire de Sherbrooke, le Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire, le Musée des beaux-arts de Sherbrooke, le Musée des cultures du monde, le Musée des Ursulines, le Musée Laurier L.H.N. / Musée Hôtel des Postes, le Musée National de la Photographie Desjardins, le Musée Pierre-Boucher et le Musée régional de Rimouski.

De nouvelles mesures sanitaires

Depuis la réouverture de La Maison amérindienne et du Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire, l’équipe s’assure que les normes sanitaires établies par les autorités de santé publique et la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) sont entièrement respectées.

Ces normes sanitaires forcent les Musées de Mont-Saint-Hilaire à ne pas reprendre immédiatement les activités de médiation en groupe.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vallée-du-Richelieu Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vallée-du-Richelieu Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.