X
Rechercher
Publicité

97% du personnel a reçu au moins une dose

Québec retire l'obligation de vaccination pour les travailleurs de la santé

durée 17h45
3 novembre 2021
Gabrielle Denoncourt
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par Gabrielle Denoncourt, Journaliste

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a annoncé, dix jours avant l’échéancier, l’abolition de la vaccination obligatoire du personnel de la santé.

Rappelons qu’il avait été demandé une première fois aux travailleurs d’aller se faire vacciner avant le 15 octobre sous peine d’être suspendu sans solde. Deux jours avant la date limite, le gouvernement avait de nouveau repoussé la date d’un mois.

Les instances ont revu leurs chiffres et fait plusieurs scénarios, et ils sont venus à la conclusion que les travailleurs non vaccinés étaient essentiels pour que le réseau ne s’effondre pas. On compterait un total de 14 000 personnes qui ont refusé de recevoir leurs doses. Par contre, de ce nombre, il y a environ 8 000 personnes qui sont sur le terrain, dont 5 000 qui sont en contact direct avec les patients.

« La bonne nouvelle, c’est qu’aujourd’hui on a 97 % de nos employés de la santé qui ont reçu au moins une dose », indique M.Dubé.

Lorsque la recommandation avait été annoncée à la fin du mois d’août, c’était 90 % des employés qui avaient reçu au moins une dose.

Mais, le gouvernement admet que le dernier 3 % « semble être un noyau dur » et que « malheureusement notre réseau de la santé dans notre situation actuelle ne peut pas se passer de ces personnes. »

Et si l’on devait perdre ces 8 000 travailleurs, cela obligerait des réorganisations de services majeurs. Entre autres, la fermeture d’un service d’urgence pendant certaines heures.

Recommandations de la santé publique
Le ministre de la Santé explique que « la vaccination des travailleurs de la santé ne sera plus obligatoire pour les employés actuels du réseau, mais elle sera obligatoire pour tous les nouveaux employés. Deuxièmement, la santé publique exige un dépistage très rigoureux de tous les employés non vaccinés, pour ceux qui n’ont reçu aucune dose, et ce trois fois par semaine. »

De plus, les non-vaccinés n’auront pas le droit aux primes Covid et aux primes de rétention. Christian Dubé indique qu’ils seront intransigeants concernant le dépistage obligatoire, et ce autant du côté public, que privé.

Cette mesure est déjà mise en place et plus la moitié des CISSS et CIUSSS ont débuté des suspensions sans solde pour les personnes refusant de se faire tester.

Le ministre de la Santé a résumé son annonce de cette manière : « Je pense qu’avec une vaccination de 97 % dans le réseau de la santé, on passe de la vaccination obligatoire au dépistage obligatoire. Passons à une autre étape. »

À lire également : 
Un sursis de 30 jours pour les travailleurs de la santé non-vaccinés

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 17h00

Legault veut un «mandat fort» pour pouvoir rapatrier les pouvoirs en immigration

François Legault sollicitera un «mandat fort» lors de la prochaine campagne électorale afin de pouvoir négocier avec Ottawa le rapatriement des pouvoirs en immigration. Le premier ministre a mis de l’avant cette revendication mardi, lors d’un point de presse qu’il a tenu immédiatement après l’adoption du projet de loi 96 visant à protéger la ...

23 mai 2022

Budget: Québec revoit son déficit à la baisse à 4,6 milliards $

Le gouvernement du Québec revoit à la baisse son déficit budgétaire pour l’année 2021−2022 en raison d’une reprise économique «plus vigoureuse que prévu». Ainsi, le déficit budgétaire du Québec est maintenant estimé à 4,6 milliards $ pour l’année 2021−2022. Le budget déposé le 22 mars prévoyait un déficit de 7,4 milliards $, avant utilisation ...

22 mai 2022

Crise du logement : le RCLALQ critique le plan d'action de la ministre Laforest

Le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) estime que le plan d'action qui vient d'être annoncé par la ministre de l'Habitation, Andrée Laforest, ne peut aider concrètement les locataires à traverser la pire crise du logement des dernières années. La majorité de l'aide annoncée vise à permettre la ...