X
Rechercher
Publicité

Des dispositions seraient jugées discriminatoires envers les aînés

L’AQDR dénonce plusieurs aspects du projet de loi réformant le droit de la famille

durée 07h00
3 décembre 2021
Jean-Francois Desbiens
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

L’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR) joint sa voix à celle de l’Association des grands-parents du Québec (ADGPQ) et dénonce plusieurs aspects du projet de loi réformant le droit de la famille, déposé récemment par le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette.

À la lumière des vérifications effectuées, plusieurs dispositions du projet de loi seraient jugées discriminatoires envers les aînés du Québec.

Pour le président de l’AQDR Pierre Lynch, le projet de loi 2, dans sa version actuelle, est inacceptable parce qu'il ouvre la porte à une réduction de la relation significative entre les grands-parents et leurs petits-enfants.

« Plusieurs aînés n’auront tout simplement pas les moyens financiers de faire valoir leur cause devant les tribunaux si des parents en venaient à décider de faire obstacle aux relations de ces derniers avec leurs petits-enfants », a expliqué M. Lynch.

En effet, le projet de loi remet le fardeau de la preuve entre les mains des grands-parents, lesquels devront démontrer au tribunal leur importance dans la vie de l’enfant. Actuellement, la loi prévoit spécifiquement que les parents ne peuvent, sans motif grave, faire obstacle aux relations personnelles des enfants avec leurs grands-parents.

« De plus, dans certaines situations, la présence des grands-parents est primordiale pour le bien-être et le développement des enfants. Le projet de loi 2 trace la voie au chantage affectif, lequel peut créer un préjudice grave tant pour les enfants que pour les grands-parents. Cela relève de la maltraitance », ajoute M. Lynch.

L’AQDR a également déploré qu’aucun groupe de défense des droits des aînés n’ait été invité aux consultations publiques sur le projet de loi.

« Il est impératif que tous les acteurs potentiellement touchés par un tel projet de loi soient partie prenante des discussions », a conclu, Pierre Lynch. 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 17h00

Legault veut un «mandat fort» pour pouvoir rapatrier les pouvoirs en immigration

François Legault sollicitera un «mandat fort» lors de la prochaine campagne électorale afin de pouvoir négocier avec Ottawa le rapatriement des pouvoirs en immigration. Le premier ministre a mis de l’avant cette revendication mardi, lors d’un point de presse qu’il a tenu immédiatement après l’adoption du projet de loi 96 visant à protéger la ...

23 mai 2022

Budget: Québec revoit son déficit à la baisse à 4,6 milliards $

Le gouvernement du Québec revoit à la baisse son déficit budgétaire pour l’année 2021−2022 en raison d’une reprise économique «plus vigoureuse que prévu». Ainsi, le déficit budgétaire du Québec est maintenant estimé à 4,6 milliards $ pour l’année 2021−2022. Le budget déposé le 22 mars prévoyait un déficit de 7,4 milliards $, avant utilisation ...

22 mai 2022

Crise du logement : le RCLALQ critique le plan d'action de la ministre Laforest

Le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) estime que le plan d'action qui vient d'être annoncé par la ministre de l'Habitation, Andrée Laforest, ne peut aider concrètement les locataires à traverser la pire crise du logement des dernières années. La majorité de l'aide annoncée vise à permettre la ...