Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Budget du Québec 2022-2023

5 fois où la CAQ a oublié les régions selon Québec solidaire

durée 12h00
29 mars 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Mickael Couillerot, Journaliste

Émilise Lessard-Therrien, responsable de Québec solidaire en matière de développement régional, estime que la CAQ a carrément oublié les régions dans son budget présenté la semaine dernière. Le budget du gouvernement ne répond aucunement à la crise du coût de la vie et à la crise climatique, et il n’y a rien de notable pour les régions alors que les besoins sont immenses.

« À part pour profiter de leurs ressources naturelles, la CAQ n’a aucun intérêt pour les régions. C’est flagrant. Elle aime bien nos mines, nos forêts et nos ressources, mais n’est pas prête à investir pour les gens qui y habitent. Il n’y a pas de mesures spécifiques pour nous aider avec nos services publics qui nous font grandement défaut, pour le logement qui nous manque cruellement et pour la pénurie de main-d’œuvre qui hypothèque notre développement. », explique la députée de Rouyn-Noranda–Témiscamingue.

Le logement

La crise du logement est catastrophique en région et c’est la première condition pour l’établissement durable de nouveaux arrivants. Plusieurs villes, comme Rimouski qui a actuellement un taux d’inoccupation de 0,2 %, avaient des attentes élevées et ont raison d’être déçues.

 « Chez nous, à Rouyn-Noranda, le taux d’inoccupation est de 0,3 %. C’est critique ! Le gouvernement prévoit des miettes, un dixième de ce qui est demandé, en matière de logements sociaux et communautaires ! C’est insuffisant et ça démontre, encore une fois, à quel point la CAQ est déconnectée des besoins des gens. », commente la députée solidaire.

Places en services de garde

« Le manque de place en service de garde exacerbe la pénurie de main-d’œuvre en région. Combien de familles choisissent de quitter leur nouvelle région d’accueil pour retourner auprès de leur famille faute de place en service de garde ? C’est un réel enjeu ! Et le gouvernement ne prévoit aucune mesure dans son budget pour aider les familles dont un parent doit faire le choix de rester à la maison. Ces familles-là, elles quittent nos régions et le gouvernement n’a rien proposé pour les aider. », déplore la députée solidaire.

Le transport en région

En pleine crise climatique et devant la hausse du prix de l’essence qui affecte particulièrement les gens des régions, le budget de la CAQ ne prévoit aucun nouveau montant pour développer l’offre en transport collectif régional.

« Développer et structurer le transport collectif en région, c’est possible et j’ai même proposé une solution au gouvernement la semaine dernière, mais la CAQ n’a pas ce courage politique. Elle ne peut entrevoir le transport collectif autrement que par des métros, des REM et des tramways. Le transport interurbain va rester sur le respirateur artificiel avec la reconduction d’un programme d’urgence pour un an seulement au lieu de le pérenniser et le bonifier. L’asphalte par contre, ça il y en a dans le budget. Il est plus que temps qu’on investisse dans des projets publics et collectifs de transports régionaux, comme le réclame Québec solidaire depuis des années. », conclut Émilise Lessard-Therrien.

La lutte aux changements climatiques

« La CAQ avait les moyens d’agir dans son budget, mais c’est un autre rendez-vous manqué. Les gens dans les régions veulent jouer leur rôle dans la transition écologique, mais on ne leur offre aucune opportunité pour le faire. Nous avions proposé en novembre dernier l’implantation de conseils régionaux de transition avec des inventaires régionaux de GES. Si on veut que les gens se sentent interpellés, il faut rapprocher la lutte du plancher des vaches. Ça commence par savoir, en région, ça ressemble à quoi nos émissions de GES. », explique la députée qui est aussi la responsable en matière d’environnement.

La pénurie de main-d’œuvre

Une somme de 80 M$ est prévue pour « favoriser l’attraction des personnes immigrantes en région » répartie pour 5 ans, mais seulement à partir de l’année 2023-2024.

« Il n’y a rien de prévu cette année ! C’est tellement fâchant ! Nos services publics s’écroulent parce qu’il manque de monde, nos entreprises freinent leur développement faute d’employés, nos restaurants et nos commerces sont contraints de réduire leurs heures d’ouverture et on ne prévoit absolument rien pour eux cette année. C’est un signe de plus de l’abandon des régions par ce gouvernement. », martèle Mme Lessard-Therrien.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 16h15

Québec forme un «groupe d'action» interministériel sur la langue française

Le gouvernement Legault annonce la formation d'un «groupe d'action» interministériel sur la langue française, pour trouver des moyens de freiner le « déclin » de la langue au Québec. Le ministre de la Langue française, Jean-François Roberge, en a fait l'annonce vendredi matin en marge du caucus présessionnel de la Coalition avenir Québec (CAQ) à ...

durée Hier 12h30

Dubé justifie le recours au privé pour des employés d'organismes publics

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a justifié jeudi le recours par des organismes publics à des services médicaux privés pour leurs employés. Il réagissait aux révélations selon lesquelles Hydro-Québec et Investissement Québec payaient pour des téléconsultations en médecine privée, afin d'éviter que leurs employés perdent leur temps à ...

26 janvier 2023

Le Parti libéral du Québec n'est pas pressé d'élire un nouveau chef

Le Parti libéral du Québec (PLQ) prendra son temps avant d'élire un nouveau chef. C'est ce qu'a affirmé, mercredi, le président du PLQ, Rafael P. Ferraro, en mêlée de presse à Lac-Beauport, où se tient le caucus présessionnel de sa formation politique. « Je ne pense pas qu'on est pressé », a-t-il dit, rappelant que la dernière course à la ...