Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Sécurité des élus

L'Assemblée nationale pourrait recommander l'installation de caméras chez les élus

durée 18h00
9 mai 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

L'Assemblée nationale songe à déployer des caméras dans les maisons des élus, afin qu'ils puissent se sentir plus en sécurité. «On y travaille», a affirmé la présidente Nathalie Roy en étude des crédits, mardi.

La Coalition avenir Québec (CAQ) et le Parti libéral du Québec (PLQ) venaient de l'exhorter à poser des «gestes concrets». Lundi, un autre député, le caquiste Daniel Bernard, s'est fait vandaliser son bureau, a dénoncé le whip du gouvernement, Éric Lefebvre. 

«C'est une préoccupation», a acquiescé la whip du PLQ, Filomena Rotiroti, qui a elle-même eu à «gérer certaines menaces». Elle a confié que des élus libéraux songeaient sérieusement à «délaisser les médias sociaux (...) pour avoir la paix».

«C'est rendu que c'est dans nos comtés, à nos maisons, chez nous. C'est nous qui avons mis notre face sur le poteau, mais la famille qui nous entoure, nos enfants, nos conjoints, bien eux, ne sont pas là-dedans», a-t-elle déploré.

«Est-ce qu'il va y avoir une réflexion là-dessus, est-ce qu'on va avancer dans certaines mesures qu'on va prendre pour s'assurer de sécuriser nos élus, surtout lorsqu'on est à l'extérieur de l'Assemblée nationale?» a voulu savoir l'élue libérale. 

La présidente de l'Assemblée nationale, Nathalie Roy, a concédé que la dernière campagne électorale avait été «rude» et même «violente». Elle a déclaré qu'une vigie des médias sociaux était réalisée au quotidien avec l'aide de la Sûreté du Québec (SQ). 

Elle a également affirmé avoir mandaté le deuxième vice-président de l'Assemblée nationale, Sylvain Lévesque, de «voir dans quelle mesure on peut encore améliorer la sécurité des élus». Le comité Lévesque se rencontrera le 25 mai prochain, a-t-elle dit.

Or, des mesures ont déjà été prises, selon la présidente: des caméras ont été ajoutées dans un stationnement sur la colline parlementaire, des serrures électroniques ont été installées aux portes de certains locaux et la vidéosurveillance a été élargie.

«À la maison, je sais que vous nous aviez parlé, entre autres, de l'installation de caméras. On y travaille. (...) Le comité qui a été mandaté va vous arriver avec des propositions pour sécuriser vos familles et vous sécuriser également.»

Un dégât d'eau à 560 000 $

Par ailleurs, l'étude des crédits a permis d'apprendre qu'un dégât d'eau survenu en février à l'Assemblée nationale a coûté aux contribuables plus d'un demi-million de dollars — 560 000 $. 

Le dégât, causé par les froids intenses, a affecté pas moins de 17 locaux sur six étages, a déclaré Mme Roy. 

Deux contrats «d'urgence» ont été donnés pour l'assèchement et la démolition, et un troisième contrat de gré à gré a été autorisé pour la reconstruction, a expliqué Serge Bouchard, secrétaire général adjoint à l'administration. 

Les immeubles patrimoniaux comme ceux du parlement doivent faire l'objet d'une attention particulière, souvent de la part d'historiens et de la Commission de la capitale nationale, a-t-il soutenu.

Caroline Plante, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


10 mai 2024

Transport en commun: l'UMQ demande plus de financement du gouvernement fédéral

Confrontée au gouvernement caquiste dans des négociations difficiles pour financer le transport en commun, l'Union des municipalités du Québec (UMQ) interpelle le fédéral. Au cours d'un sommet sur le transport collectif, qui se déroule vendredi  à Drummondville, le président de l'UMQ, Martin Damphousse, a affirmé qu'on ne parle pas du ...

7 mai 2024

Quatre départs en quelques semaines au cabinet de François Legault

Le premier ministre François Legault perd un quatrième collaborateur en quelques semaines: son directeur des relations médias, Manuel Dionne, qui se joindra à la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ).  Ce départ survient après ceux de Vincent Desmarais, d'Isabelle Lewis et de Sébastien Lauzon, tous des membres de la garde ...

6 mai 2024

Projet de loi 51: les opérateurs de machinerie lourde sonnent l'alarme

Le gouvernement Legault s'apprête à permettre à des charpentiers-menuisiers d'opérer de la machinerie lourde, sans qu'ils n'aient la formation nécessaire. C'est ce que soutient l'Union des opérateurs de machinerie lourde, local 791, qui dénonce le principe de «polyvalence» inscrit dans le projet de loi 51. En point de presse à Québec lundi, ...