Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Pénurie de logements

Sondage sur la crise du logement: 40 % des répondants blâment le gouvernement fédéral

durée 11h00
23 août 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Un nouveau sondage conclut que 40 % des Canadiens pensent que le gouvernement du Canada est responsable de la crise du logement qui sévit au pays.

La firme de sondage Léger a interrogé 1537 personnes entre le 18 et le 20 août sur la hausse du coût du logement et sur les mesures à prendre pour y remédier.

Lorsqu'on leur a demandé quel niveau de gouvernement méritait le plus d'être blâmé pour la crise, 40 % d’entre elles ont pointé du doigt le gouvernement fédéral et 32 % leur gouvernement provincial. À peine 6 % ont estimé que les reproches devaient être adressés à leur gouvernement municipal et 22 % n’ont pas su quoi répondre.

Les locataires étaient plus susceptibles de blâmer la province, tandis que les propriétaires de leur maison étaient enclins à blâmer le gouvernement fédéral.

Le premier ministre Justin Trudeau a été critiqué par les partis d'opposition et certains observateurs après avoir déclaré aux journalistes plus tôt ce mois-ci que «le logement n'est pas une responsabilité fédérale principale», suggérant que les provinces et les municipalités devraient intensifier leurs efforts.

Cette semaine, le cabinet libéral réuni à l’Île-du-Prince-Édouard a rencontré deux experts qui ont publié un rapport sur le logement qui présente dix recommandations sur la manière dont le gouvernement fédéral pourrait s'attaquer au problème. L’une des recommandations est de conclure un accord national qui permettrait aux trois niveaux de gouvernement de travailler avec les constructeurs et les agences à but non lucratif pour coordonner les efforts. 

Le sondage indique que 55 % des personnes interrogées ont avoué avoir été inquiètes au moins une ou deux fois de leur capacité à payer leur hypothèque ou leur loyer au cours des deux derniers mois. Cela inclut 16 % qui ont dit s'inquiéter fréquemment. 

Les personnes âgées de 18 à 24 ans étaient les plus susceptibles de s’inquiéter et la proportion de personnes inquiètes était la plus élevée dans les villes. À l'échelle régionale, les répondants de l’Alberta et de la Colombie-Britannique étaient les plus susceptibles d'être préoccupés par leurs paiements, tandis ceux du Québec étaient les moins susceptibles.

Le sondage énumérait également les solutions possibles que les gouvernements pourraient mettre en œuvre et demandait l’opinion des répondants. 

Les principaux choix, avec un soutien de 79 % chacun, consistaient à construire davantage de logements fournis par le gouvernement et à offrir des incitations aux promoteurs pour qu'ils construisent des logements abordables. Et 77 % des personnes interrogées sont d’accord avec un renforcement du contrôle des loyers, et 68 % estiment qu’il devrait y avoir des subventions au loyer basées sur le revenu.

Le soutien le plus faible, de 56 %, visait à décourager les locations à court terme et à offrir aux propriétaires des incitations à fournir des logements en location, à 64 %. Les locataires étaient plus susceptibles que les propriétaires de soutenir chacun de ces choix.

On ne peut pas attribuer de marge d’erreur au sondage Léger, car les sondages en ligne ne sont pas considérés comme des échantillons véritablement aléatoires.

Sarah Ritchie, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


14 juin 2024

Le gouvernement Legault limite la hausse de la taxe scolaire à 3 %

Comme il l'a fait les années dernières, le gouvernement Legault a annoncé vendredi qu'il limiterait la hausse de la taxe scolaire à une moyenne de 3 %. Québec s'engage d'ailleurs à verser le manque à gagner aux centres de services scolaires, qui se chiffre à 150 millions $. Le gouvernement a précisé dans un communiqué que le taux de la taxe ...

12 juin 2024

Les conservateurs votent contre la hausse d'impôt sur le gain en capital

Après huit semaines d'un silence assourdissant, les conservateurs ont finalement révélé mardi qu'ils sont contre la hausse d'impôt sur les gains en capital de plus de 250 000 $, lorsque les libéraux ont forcé la tenue d'un vote spécifiquement sur cette mesure fiscale. Tous les autres partis ont voté pour. Prenant la parole à la Chambre des ...

10 juin 2024

Gains en capital: un vote aura lieu mardi, les yeux rivés vers les conservateurs

Les conservateurs de Pierre Poilievre devront prendre position au plus tard mardi concernant la mesure qui vise à augmenter l’impôt sur les gains en capital de plus de 250 000 $, alors que les libéraux forceront un vote sur la motion de voies et moyens qu'ils ont déposée lundi. Lors d'un point de presse dans le foyer de la Chambre des communes, ...