Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Politique provinciale

Eric Girard ne prévoit pas d'aide directe dans sa mise à jour économique de mardi

durée 09h00
7 novembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Malgré la situation économique difficile, les Québécois ne doivent pas s'attendre à recevoir un autre chèque.

La mise à jour économique et financière de mardi ne contiendra aucune aide directe, a confirmé le cabinet du ministre des Finances, Eric Girard.

En prenant connaissance la semaine dernière d'un sondage qui lui était défavorable, le premier ministre François Legault avait laissé planer la possibilité d'une aide supplémentaire.

«Les Québécois actuellement souffrent beaucoup de l'augmentation des prix. Je vais essayer de voir comment je peux mieux les aider», avait-il déclaré.

Le ministre Girard devrait annoncer l'indexation des crédits d'impôt et autres mesures fiscales, en plus de la bonification des sommes pour le logement et les banques alimentaires.

Il devrait également confirmer les 265 millions $ promis par sa collègue Geneviève Guilbault aux sociétés de transport qui sont déficitaires.

«La mise à jour économique sera plus conventionnelle, plus traditionnelle avec des gestes extrêmement ciblés», avait affirmé le ministre Girard au caucus de la rentrée de la Coalition avenir Québec (CAQ) en septembre.

Rappelons que le gouvernement Legault a déjà distribué à la population des chèques de 500 $ au printemps 2022, puis de 400 $ à 600 $ à l'automne de la même année.

Près de cinq millions de Québécois ont bénéficié cette année d'une baisse d'impôt.

Attentes élevées de l'opposition

Lundi, le Parti libéral du Québec (PLQ) a fait part de ses attentes en vue de la mise à jour économique.

Dans un communiqué, le porte-parole du PLQ en finances, Monsef Derraji, a réclamé une aide «tangible» pour faire face à «l'explosion du coût de la vie, à la pénurie de main-d'œuvre et à la crise du logement».

Il a entre autres proposé d'éliminer la taxe de bienvenue sur l'achat d'une première propriété en compensant pleinement les municipalités.

Jamais les Québécois n'ont payé aussi cher pour leurs besoins de base, a également souligné, dimanche, le chef du Parti québécois (PQ), Paul St-Pierre Plamondon.

Il a invité le gouvernement à «prendre compte de la réalité, c'est-à-dire qu'un nombre grandissant de personnes n'arrivent pas à payer leur épicerie, à économiser pour une maison et à joindre les deux bouts».

Le PQ réclame notamment des bons d'épicerie, ainsi que 18 millions $ pour les banques alimentaires. Le porte-parole de Québec solidaire (QS) en finances, Haroun Bouazzi, a abondé dans le même sens.

Le gouvernement Legault doit poser des gestes concrets «pour soulager les ménages québécois frappés par la crise du coût de la vie», selon lui.

Québec devrait notamment planifier la construction de 10 000 logements en deux ans, annuler 20 % des dettes étudiantes et octroyer des bourses plus généreuses, a-t-il affirmé.

Caroline Plante, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


10 mai 2024

Transport en commun: l'UMQ demande plus de financement du gouvernement fédéral

Confrontée au gouvernement caquiste dans des négociations difficiles pour financer le transport en commun, l'Union des municipalités du Québec (UMQ) interpelle le fédéral. Au cours d'un sommet sur le transport collectif, qui se déroule vendredi  à Drummondville, le président de l'UMQ, Martin Damphousse, a affirmé qu'on ne parle pas du ...

7 mai 2024

Quatre départs en quelques semaines au cabinet de François Legault

Le premier ministre François Legault perd un quatrième collaborateur en quelques semaines: son directeur des relations médias, Manuel Dionne, qui se joindra à la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ).  Ce départ survient après ceux de Vincent Desmarais, d'Isabelle Lewis et de Sébastien Lauzon, tous des membres de la garde ...

6 mai 2024

Projet de loi 51: les opérateurs de machinerie lourde sonnent l'alarme

Le gouvernement Legault s'apprête à permettre à des charpentiers-menuisiers d'opérer de la machinerie lourde, sans qu'ils n'aient la formation nécessaire. C'est ce que soutient l'Union des opérateurs de machinerie lourde, local 791, qui dénonce le principe de «polyvalence» inscrit dans le projet de loi 51. En point de presse à Québec lundi, ...