Publicité
2 octobre 2019 - 09:00

Solidarité à Beloeil

Rassemblement de militants syndicaux de la Région en appui aux grévistes de l'usine Galvano

Par Salle des nouvelles

Des militants syndicaux de la grande région de la Montérégie et de plus loin se sont rassemblé dernièrement devant l’usine de Galvano à Beloeil. Ils viennent appuyer les grévistes de Galvano membres de la section locale 9414 du Syndicat des Métallos, à la rue depuis le 9 juillet dernier.

Le rassemblement est une initiative du Conseil régional FTQ de la Montérégie et du Syndicat des Métallos. « Ça touche droit au cœur de voir des syndicalistes de partout venir nous appuyer comme ça! C’est important, quand on tient une ligne de piquetage comme ça à la semaine longue, de sentir que nous ne sommes pas seuls, de sentir toute la solidarité se mettre en action. Je peux vous dire qu’aujourd’hui, on la sent plus que jamais cette solidarité, cette entraide », a témoigné le président de l’unité syndicale Galvano, François Noiseux.

 

Le souci principal: le salaire et les heures de travail

Le groupe de 35 travailleurs a déclenché une grève le 9 juillet dernier pour réclamer sa part de la réussite de l’entreprise, après des années de vache maigre, de concessions et même de gel salarial.

Les négociations achoppent principalement sur le salaire et les horaires de travail. Le groupe Heico a reçu récemment une subvention importante du gouvernement fédéral pour moderniser plusieurs de ses usines au Québec et en Ontario. Mais le même groupe refuse de reconnaître l’apport de ses travailleurs dans le cadre de la négociation.

« Quand un groupe choisit de se tenir debout, de tenir tête et de réclamer une juste part du gâteau, les gens prennent un risque, mettent leur tête sur le billot. C’est important que tous les syndiqués autour répondent présents pour les soutenir. Ils tiennent la route, ils n’ont pas un genou à terre et ils sont appuyés », a affirmé le représentant syndical des Métallos, Guy Gaudette.

Le directeur québécois des Métallos, Alain Croteau, a souligné l’importance que tous mettent l’épaule à la roue pour soutenir les grévistes de Galvano. « Ce qui fait la force d’un syndicat, c’est la capacité à se serrer les coudes pour soutenir nos confrères et consoeurs qui mènent une bataille. Lorsqu’une compagnie attaque un groupe de syndiqués, c’est à l’ensemble qu’elle s’attaque. Aujourd’hui, on lance un message à cette compagnie : les grévistes de Galvano ne sont pas seuls et l’appui qu’ils reçoivent ira grandissant. »

 

L'appui des ex-lockoutés d’ABI : 25 $ par travailleur et par semaine rétroactif

Signe de cette solidarité indéfectible, des représentants de la section locale 9700 représentant
les travailleurs d’ABI à Bécancour qui sortent tout juste d’un long lockout de 18 mois, ont profité
de la journée pour annoncer un appui récurrent de 25 $ par travailleur par semaine rétroactif au début du conflit.

« Nous avons aujourd’hui un chèque de 10 500 $ pour les derniers mois et nous serons aux côtés des grévistes de Galvano tant que le conflit ne sera pas terminé. Les dons récurrents, c’est le nerf de la guerre, ça permet de planifier des secours de grève plus  importants, sur le long terme, ça enlève un gros stress sur les épaules des membres. Ça aide à se concentrer sur le fond des choses, sur ce pourquoi on revendique. Pour nous, l’appui des autres sections locales a fait toute la différence, j’invite tous mes confrères et consoeurs à faire de même pour les grévistes de Galvano », a fait valoir le nouveau président de la section locale 9700, Éric Drolet.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vallée-du-Richelieu Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vallée-du-Richelieu Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.