Publicité

20 octobre 2021 - 12:00

L’Essentielle en marche

Retour sur la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté

Par Catherine Deveault

Cette semaine, lors de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, la Montérégie-Est s’est activée pour une action commune nationale, qui a trouvé écho à travers toutes les régions du Québec.

L’Essentielle y a participé en collaboration avec différents organismes, dont la table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie (TCGFM), les centres de femmes; Entre ailes; Autonomie en soiE ; Longueuil, la maison d’hébergement la Clé sur la porte et Bonjour Soleil, le regroupement des familles monoparental et recomposé de la Vallée du richelieu. 

La 5e action de clôture de la Marche mondiale des femmes (MMF) « Résistons pour vivre, marchons pour transformer » met de l’avant la résistance à l'offensive du capital contre la vie, de la résistance à la montée du conservatisme et de l'autoritarisme dans différentes parties du monde. Les résistances s’inspirent d'une société fondée sur l'égalité, la justice, la liberté, la paix et la solidarité. 

Dès 13h, femmes, hommes et familles se sont retrouvéEs devant l’arrêt d’autobus Sir-Wilfrid-Laurier / Pont Jordi-Bonet, Mont-St-Hilaire, territoire ancestral non-cédé par la nation Abénakis. Le rassemblement a pris forme au rythme des percussions du groupe Maracatu Raio de Ouro.

« Aujourd’hui, nous supportons l’ensemble des cinq revendications : pauvreté, justice climatique, violence faites aux femmes, femmes migrantes et immigrantes. Finalement, nous sommes plus particulièrement en appui avec nos sœurs autochtones, c'est pourquoi le rouge est à l'honneur ainsi que plusieurs virevents, symbole d’un vent de changements nécessaire immédiat pour que les conditions de vie desfemmess'améliorent. »

- Jessica Boutin, chargée de projet, du Centre de femmes l’Essentielle

Plusieurs participants au rendez-vous

Soixante-quinze personnes, dont Mariélaine Duplessis, qui représente Yves-François Blanchet, Député de Beloeil-Chambly et Chef du Bloc Québécois, Diane Lavoie, mairesse de Beloeil ainsi que Jean-Yves Labadit, candidat conseiller à la ville de Beloeil, se sont mis en route pour traverser la rivière etse diriger versle territoire ancestral non-cédé de la nation Mohawk, Beloeil. Un point d’arrêt, porteur de transformation, a été marqué devant le bureau du Ministre responsable de la Justice, Ministre responsable de la Montérégie et Député de Borduas, Simon Jolin-Barette, malheureusement absent.

« Noussommes et nous serons le sable dans l’engrenage des systèmes d’oppression dont le patriarcat, le capitalisme, le racisme, le colonialisme, le capacitisme, l’âgisme, l’hétérosexisme… Nous résistons pour vivre. Nous marchons pour transformer. Notre escale d’aujourd’hui prépare notre route de demain. Debout, toujours debout, ensemble résistons !»

- Christine Fortier, intervenante, du Centre de femmes Entre ailes, extrait du manifeste de Chantal Locat

La marche a culminé par une courte projection d’une vidéo réalisée par les membres de la TCGFM. Elles sont solidaires et engagées pour défendre les droits de toutes les femmes et elles n'arrêteront pas. Elles disent non à toutes les formes d'oppressions et de dominations. Dans ce court métrage, elles affichent le rouge, poing levé, en solidarité aux femmes autochtones, qui résistent en plus des autresformes d’oppression, au colonialisme.

Le visionnement se termine avec un Slam écrit et réalisé à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes du 8 mars dernier par Noémie Dubuc. L’événement s’est terminé avec des moments d’échanges dans la cour arrière du Centre de femmes l’Essentielle, endroit porteur de résistance et d'action. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vallée-du-Richelieu Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vallée-du-Richelieu Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.