Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

En attente d'approbation de Santé Canada

L'entreprise québécoise Medicago dit que son vaccin contre la COVID-19 est efficace

durée 12h00
7 décembre 2021
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

L’entreprise québécoise Medicago affirme que son vaccin contre la COVID−19 à base de plantes offre une forte protection contre le virus et qu’elle demandera bientôt l’approbation réglementaire de Santé Canada.

Medicago a annoncé mardi que son vaccin à deux doses était efficace à 71% pour prévenir les infections à la COVID−19 dans une vaste étude qui comprenait plusieurs variants, dont le Delta. Les résultats de la société n’incluent pas le variant émergent Omicron, qui ne circulait pas pendant la période d’étude.

L’entreprise de Québec a déclaré qu’elle demanderait l’approbation canadienne « imminemment » et a également entamé le processus d’approbation auprès des organismes de réglementation des États−Unis, du Royaume−Uni et d’autres pays. La société a dit qu’elle se préparait également à envoyer ses données à l’Organisation mondiale de la santé.

Medicago utilise des plantes comme usines vivantes pour faire pousser des particules pseudo−virales, qui imitent la protéine de pointe qui recouvre le coronavirus. Son partenaire britannique GlaxoSmithKline fournit au vaccin un produit chimique stimulant le système immunitaire appelé adjuvant.

Alors que de nombreux vaccins contre la COVID−19 ont été déployés dans le monde, les autorités sanitaires mondiales recherchent des candidats supplémentaires dans l’espoir d’augmenter l’offre dans les pays en développement. Alors que le variant Omicron se propage, des experts ont prévenu que le coronavirus continuera de prospérer tant que de vastes régions du monde ne seront pas vaccinées.

L’étude de Medicago a impliqué 24 000 volontaires adultes qui ont reçu le vaccin ou une injection placebo et qui ont été suivis pour identifier les infections et les complications liées à la COVID−19. Ils ont reçu deux injections à trois semaines d’intervalle.

La société a déclaré qu’aucun problème de sécurité grave n’avait été détecté et que les effets secondaires courants comme la fièvre ou la fatigue étaient «légers à modérés» et disparus en trois jours ou moins. Les résultats ont été publiés dans un communiqué de presse et n’ont pas encore été vérifiés de manière indépendante par des experts.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


12 août 2022

Les bioplastiques attirent des milliards de dollars en investissements

Au moment où la planète est de plus en plus troublée par l'impact négatif persistant sur l'environnement des plastiques fabriqués par les usines pétrochimiques, des entreprises investissent des milliards de dollars pour accélérer la production de plastiques à partir de produits naturels et renouvelables qui pourront être compostés en toute sécurité ...

11 août 2022

Pierre Reid: un directeur général des élections sans véritable mandat

Malgré la proximité d’élections générales, le gouvernement Legault n’a pas pris la peine de s’assurer que le Directeur général des élections (DGEQ) ait les coudées franches pour effectuer son travail en toute sérénité, au moment où il en aurait le plus besoin, soit dans les mois précédant la campagne et lors de la tenue du scrutin du 3 ...

11 août 2022

Les Canadiens tiennent plus à leur langue qu'à leurs autres identités

Un nouveau sondage révèle que plus de Canadiens déclarent un fort attachement à leur langue principale qu'à tout autre marqueur d'identité, y compris le pays en tant que tel. L'enquête menée par la firme Léger pour l'Association d'études canadiennes précise que 88 % des répondants ont déclaré un fort sentiment d'attachement à leur langue ...