Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Horticulture et contrôle écologique

À surveiller dans votre jardin: C'est le retour de la spongieuse

durée 12h00
12 juin 2022
Charlotte Lemieux
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Charlotte Lemieux, Journaliste

La spongieuse (Lymantria dispar) a fait sa sortie depuis quelque temps, défoliant, parfois gravement, les végétaux ligneux qui nous sont chers.

L'an passé, cette mangeuse compulsive a défolié de nombreux arbres en Montérégie. Mais cette année, pour le moment, elle n'est pas problématique au Québec.

L’insecte en question cause actuellement des dommages importants en Ontario, il est donc important de rester aux aguets.

Les dommages causés tout au long de son évolution

La jeune larve noire et velue fait des trous à la surface du feuillage, tandis que la vieille chenille poilue aux tubercules arrondis rouges et bleus sur le dos dévore entièrement les feuilles. Elles peuvent atteindre 65 mm et elles se nourrissent principalement la nuit, alors que le jour, elles se regroupent dans un endroit plus frais à l’ombre.

Outre son aspect, on peut reconnaître la présence de la spongieuse dès la fin de juillet, et ce, jusqu'au début de l’éclosion l’année suivante, grâce à ses masses d'œufs d'aspect spongieux recouvertes de poils jaunâtres, que l’on retrouve sur les troncs, les branches ou sur des débris près des arbres défoliés.

En quantité importante, les arbres et arbustes sont complètement défoliés, et ce, sur de grands territoires. Sans nécessairement mettre à mort les arbres, l'empêchement de faire sa photosynthèse crée une importante réduction de croissance.

Les chenilles pupent souvent dans les endroits ombragés où elles se réfugiaient le jour. Les adultes (des papillons de nuit beige-gris) émergent en juillet.

Les femelles, encombrées par leur poids, ne peuvent voler, et donc pondent jusqu’à 1000 œufs par masse, souvent près du site de pupaison. C’est au stade œuf que l’insecte passe l’hiver.

Quoi faire lorsqu'on retrouve une colonie dans notre jardin

En premier lieu, on va toujours tenter de contrôler une espèce envahissante de façon manuelle. C’est simple, peu coûteux et sain pour la nature et la santé.

Tout ce que ça prend, c'est un peu de temps chaque jour durant des périodes déterminantes telles qu’en mai, ou lorsqu'on commence à les voir apparaître sous forme de chenille, jusqu'en juillet. 

Dès que l’on s'aperçoit de leur présence, on fait tomber les chenilles avec ses mains ou à l'aide d'un objet, dans de l’eau savonneuse préalablement préparée dans un pot ou un seau.

Dès juillet, et ce, jusqu'à la fin de l’hiver de l’année suivante, enlever les amas de cocons si on en aperçoit sur les troncs d’arbres et d'arbustes.

C’est une approche simple et efficace, mais qui demande une intervention quotidienne avec un œil averti.

Contrôle à l’aide de pièges

Des pièges dits collants ou de la pâte gluante sont vendus en jardineries afin de contrer les infestations de chenilles. On installe les pièges à surface enduits de pâte collante autour des troncs où il y a présence de spongieuses.

On retire ensuite les pièges quand le stade chenille est terminé, c’est-à-dire en juillet et on les jette.

Contrôle avec un biopesticide (BTK)

En dernier recours, si une infestation semble prendre une ampleur critique, on peut vaporiser sur les arbres, arbustes et meubles de jardin du BTK (bacillus thuringiensis kurstaki), un pesticide fait à base de protéines cristallisées qu'on retrouve naturellement dans le sol.

Lorsqu'ingéré par certaines espèces de chenilles, les cristaux se transforment en molécules protéiques toxiques et détruisent les parois intestinales de l’insecte. En quelques jours, elles cessent de se nourrir et meurent.

L’application doit se faire avec un vaporisateur et des lunettes de protection.

La résilience des plantes

Même si la présence de la spongieuse peut parfois faire peur, la nature est si bien faite qu’elle sait comment répondre en cas de survie.

C’est pourquoi, avec un peu de notre aide, les végétaux ligneux affectés ont beaucoup de chances de refaire une deuxième feuillaison et jouer leur rôle crucial écologique.

À lire également:

Les tortues serpentines sont en pleine période de ponte

La maladie de Lyme gagne du terrain

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 15h00

Les outils pour cesser de fumer sont connus, mais peu utilisés par les fumeurs

Une recherche indique que même si une majorité de fumeurs et d’anciens fumeurs récents du Québec connaissent les services d’aide pour renoncer au tabagisme, peu les utilisent.  Un document publié jeudi par l’Institut national de santé publique (INSPQ) ajoute que même les aides pharmacologiques et les services bien connus sont relativement peu ...

22 février 2024

Les hospitalisations des enfants pour des maladies respiratoires bondissent au Canada

Alors que de nombreux hôpitaux sont surchargés un peu partout à travers le pays, le nombre d'hospitalisations des enfants pour des maladies respiratoires a grimpé en flèche, revenant ainsi aux taux prépandémiques.  C'est ce que révèlent les données de l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) publiées jeudi. Pour la période 2022-2023, ...

22 février 2024

Nouvelle plateforme pour aider les aînés à prendre en charge leur santé

Une nouvelle plateforme dévoilée officiellement jeudi vise à fournir aux aînés et à leurs aidants les informations dont ils ont besoin pour prendre en charge leur état de santé ― dans un contexte où, on le sait, il n'y a pas suffisamment de ressources pour répondre à tous les besoins d'une population vieillissante. Élaborée par la Fondation AGES ...