Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Mise en service du REM: Maintien du circuit 96 en direction de Montréal

durée 07h00
14 juillet 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Catherine Deveault

La Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu annonce qu’elle maintiendra le trajet 96 S à direction du terminus Centre-Ville lors de l’entrée en service du Réseau express métropolitain (REM) prévue à l’automne 2022.

À court terme, cette option est la plus avantageuse. Elle répond aux préférences partagées par la population et tient compte du fait que le REM ne sera pas déployé dans sa totalité avant la fin de l’année 2024. La décision de la Ville s’inscrit dans une transition graduelle en matière de transport interurbain et elle réévaluera sa position en fonction de l’évolution du projet et des besoins des utilisateurs. Des gains significatifs devront être obtenus par toutes les parties prenantes pour que le réseau johannais se rattache au REM à moyen ou long terme.

Gain de temps, coût et nombre de transferts

La décision de maintenir à court terme la ligne 96 vers Montréal rejoint les préoccupations exprimées par les usagers et usagères lors d’un sondage qui s’est déroulé à l’été 2021. Un constat clair s’est alors dégagé auprès des répondants. Le gain de temps, le coût et le nombre de transferts sont les éléments dont la Ville devait tenir compte dans sa réflexion pour arrimer son réseau à l’arrivée du REM.

Rappelons également que la Ville a adopté une Stratégie de développement durable qui vise la réduction de l’auto solo et favorise l’utilisation du transport en commun. Le scénario retenu se devait donc de répondre aux besoins soulevés pour permettre à ceux et celles qui ont déjà adopté de saines habitudes de mobilité durable de les conserver.

Des conditions favorables

Avant d’opter pour le maintien du trajet 96 à direction de Montréal, la Ville a procédé aux validations nécessaires auprès d’acteurs clés. Notamment, elle s’est assurée d’être en mesure de continuer à utiliser le terminus Centre-ville comme point de débarquement. Une entente à cet effet a été signée avec l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), gestionnaire du terminus, jusqu’à la fin de l’année 2023.

La Ville s’est aussi vu confirmer que ses autobus pourraient continuer à emprunter le pont Champlain, que la voie réservée au transport en commun soit effective ou non, et que cette dernière sera en fonction jusqu’au printemps 2023.

Des opportunités à considérer

La première antenne du REM à être mise en service reliera la Rive-Sud à la gare Centrale de Montréal, un axe déjà desservi par le réseau johannais via la 96. À court terme, les gains sont donc limités pour la population. L’échéancier du projet prévoit que les segments Ouest-de-l’Île, Rive-Nord et Centre de Montréal seront effectifs à la fin de l’année 2024. Lorsque le réseau du REM sera déployé dans sa totalité, il favorisera une plus grande mobilité à travers la région montréalaise.

Cherchant toujours à offrir le service le plus profitable à sa clientèle tout en considérant l’impact financier sur les budgets d’opération, la Ville suivra avec attention l’évolution de la situation et réévaluera, le temps venu, le trajet optimal pour un équilibre coûts/bénéfices en matière de mobilité durable.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


4 août 2022

Les Canadiens font de moins en moins confiance à leurs médecins

Les Canadiens feraient moins confiance à leurs médecins aujourd’hui qu’avant la pandémie, s’il faut en croire les résultats d’un sondage réalisé pour le compte d’une firme australienne en Australie, au Canada et aux États−Unis. Avant la pandémie, révèle l’enquête dévoilée récemment par Compare The Market, 87 % des Canadiens disaient faire ...

4 août 2022

COVID-19 : des équipes de vaccination iront dans les CHSLD et RPA

Aujourd’hui, le directeur de la Santé publique du Québec, le Dr Luc Boileau, est venu faire le point sur la situation de la COVID-19 dans la province. Il a débuté en mentionnant que, selon les données, on remarque la première baisse depuis sept semaines, autant les cas que les hospitalisations. Les absences au travail sont également en baisse. De ...

29 juillet 2022

« Vivre avec le virus, ne veut pas dire de vivre comme s'il n'y avait plus »

Le directeur national de la Santé publique, le Dr Luc Boileau, s’est à nouveau présenté devant les journalistes pour faire un point sur la situation actuelle concernant la COVID-19. Il a débuté en mentionnant qu’il y avait eu dans les dernières semaines une augmentation des cas dans les hôpitaux, mais que la majorité s’était présentée pour des ...