Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Sondage Léger

Les Canadiens tiennent plus à leur langue qu'à leurs autres identités

durée 12h00
11 août 2022
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Un nouveau sondage révèle que plus de Canadiens déclarent un fort attachement à leur langue principale qu'à tout autre marqueur d'identité, y compris le pays en tant que tel.

L'enquête menée par la firme Léger pour l'Association d'études canadiennes précise que 88 % des répondants ont déclaré un fort sentiment d'attachement à leur langue principale, tandis que 85 % ont révélé la même chose pour le Canada. La plus grande importance de la langue était particulièrement notable chez les francophones et les peuples autochtones.

Le fort attachement à la langue principale est plus important que ceux au groupe ethnique, à la région géographique, à l'identité raciale et à l'appartenance religieuse.

Le président de l'Association d'études canadiennes, Jack Jedwab, croit que les résultats de l'enquête mettent en évidence le rôle important que joue la langue dans l'identité des gens. À son avis, il ne faut pas minimiser l'importance de la langue étant donné ce qu’elle représente pour une communauté, parce qu’elle a la double fonction de faciliter la communication et d'être une expression de la culture. 

«Nous n'avons pas accordé historiquement suffisamment d'attention aux langues autochtones, dans lesquelles nous voyons maintenant notre gouvernement fédéral investir considérablement, en essayant d'aider à les maintenir et à les faire revivre», a observé M. Jedwab.

Parmi les Canadiens dont la langue principale est le français, 91 % ont déclaré un fort sentiment d'attachement à leur langue, comparativement à 67 % qui ont déclaré le même sentiment pour le Canada. Au Québec, plus de personnes ont déclaré un fort sentiment d'attachement à leur langue principale qu'à la province.

Seulement 37 % des Canadiens ont déclaré avoir un fort sentiment d'attachement à un groupe religieux.

Les résultats précèdent la publication de récentes données du recensement de Statistique Canada sur les langues au pays.

Jack Jedwab affirme que la publication du recensement sera particulièrement importante pour le Québec, où il y a une surveillance étroite de l'état de la langue française par rapport aux autres langues.

Le sondage Léger a également révélé que plus de la moitié des Québécois francophones disent connaître suffisamment bien l'anglais pour tenir une conversation. Cela contraste avec moins d'un répondant anglophone sur 10 dans toutes les provinces, sauf le Québec et le Nouveau-Brunswick, qui affirme pouvoir tenir une conversation en français.

Selon le dernier recensement, le bilinguisme anglais-français est passé de 17,5 % en 2011 à 17,9 % en 2016, atteignant le taux de bilinguisme le plus élevé de l'histoire du Canada. Plus de 60 % de cette croissance du bilinguisme est attribuable au Québec.

Le sondage en ligne a été mené auprès de 1764 Canadiens entre les 8 et 10 juillet. On ne peut lui attribuer une marge d'erreur.

Nojoud Al Mallees, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Les personnes souffrant du syndrome de la personne raide ont encore peu de ressources

Les ressources pour les personnes atteintes du syndrome de la personne raide demeurent rares au Canada, et obtenir un diagnostic peut être ardu. Une citoyenne de l'Ontario peut en témoigner. Robyn Cook décrit comme un «épisode au travail» le spasme soudain et bouleversant de tout le corps qui l'a envoyée aux urgences, cinq ans avant que son ...

Élection présidentielle aux É.-U.: le Canada veut être prêt à toute éventualité

Les provinces tendent la main aux démocrates et aux républicains pour plaider la cause de la coopération, renforçant ainsi les efforts du gouvernement fédéral pour garantir que le Canada soit prêt à toute éventualité lors des prochaines élections américaines. La directrice générale de la Future Borders Coalition et experte des relations ...

Josée Scalabrini: statistiques, paperasse, «la profession a tellement changé»

Alors qu'elle prend sa retraite, Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l'enseignement, appelle à réfléchir collectivement à l'intégration en classe régulière des enfants en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage. Dans une entrevue de fond avec La Presse Canadienne, la présidente de la fédération qui représente 95 000 ...