Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

40e édition

L'opération Nez rouge est en croissance, mais reste en deçà des années prépandémiques

durée 16h15
3 janvier 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

L’Opération Nez rouge a connu une bonne croissance pour sa 40e édition cette année, mais demeure encore loin des résultats de la dernière période des Fêtes avant la pandémie.

Le bilan de l’édition 2023, qui s’est tenue du 24 novembre au 31 décembre dernier, fait état de plus de 30 000 raccompagnements réalisés par tout près de 28 000 bénévoles à travers le Canada, la masse de ceux-ci s’étant déroulés au Québec, où l’on a recensé plus de 24 600 raccompagnements impliquant plus de 22 600 bénévoles. 

«Pour le Québec, ça représente une belle augmentation comparativement à l'année dernière, de 19 % de plus de raccompagnements et 22 % de plus au niveau des bénéfices», se réjouit Marilyn Vigneault, directrice des communications à l’Opération Nez rouge. 

Ces bénéfices, ce sont les dons amassés pour les organismes jeunesse ou de sport amateur, car si le service de raccompagnement est toujours gratuit, rares sont ceux qui ne donnent pas un montant en retour. «Pour vous donner une idée, cette année au Canada c'est près de 800 000$ qui auront été amassés par ces dons», souligne Mme Vigneault.

L’Opération Nez rouge continue ainsi de se répandre, lentement mais sûrement, à travers le pays. On la retrouve dans sept provinces, les points les plus importants étant le Manitoba, avec 10 régions desservies et la Colombie-Britannique, où le service était implanté dans huit régions. Au Québec, 87 % du territoire était couvert par l’Opération Nez rouge cette année.

Résultats supérieurs avant la pandémie

En 2019, dernière période des Fêtes avant la pandémie, le service de raccompagnement avait ramené près de 70 000 Canadiens – dont plus de 50 000 Québécois – à la maison.

En 2020, au Québec, il n’y avait eu aucun raccompagnement en raison des mesures de confinement et, bien que lancée comme d’habitude en 2021, l’Opération Nez rouge avait dû mettre fin à ses activités le 21 décembre lorsque Québec avait de nouveau interdit les rassemblements durant la période des Fêtes.

On ne connaît pas la cause de la diminution du nombre de raccompagnements par rapport à 2019, mais Marilyn Vigneault estime que la population prend davantage conscience de ses responsabilités : «On espère que les messages de sensibilisation qui sont martelés, oui par Nez rouge, mais aussi par Éduc’alcool ou la Société de l'assurance automobile du Québec, portent fruit.» 

«On espère que les gens vont cibler un conducteur désigné, prévoir leur transport de manière sécuritaire, mais ce que je peux vous dire, c'est qu'en 1984, quand Monsieur De Koninck (Jean-Marie De Koninck, fondateur de l’Opération Nez rouge) avait eu cette idée-là, 50 % des accidents mortels étaient liés à la conduite avec les facultés affaiblies, alors qu'aujourd'hui on est à 30 %. On voit une amélioration, mais il reste du travail à faire.»

Pierre Saint-Arnaud, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Près de 80 % des Québécois veulent une loi sur le don d'organes

Alors que l'Assemblée nationale se penche sur des façons d'améliorer la performance du Québec en matière de don d'organes et de transplantation, un nouveau sondage révèle que près de 80 % des Québécois sont favorables à l'adoption d'une loi pour y arriver.  Selon la directrice générale de Transplant Québec, Martine Bouchard, cela démontre ...

La crise du logement est liée à la pénurie de main-d'œuvre en construction

Résoudre la pénurie de main-d'œuvre dans le secteur de la construction sera essentiel pour augmenter l'offre de logements disponibles sur le marché, soutiennent des experts, alors que l'agence nationale du logement du Canada continue de prévoir des niveaux de mises en chantier inférieurs à la demande. Selon la Société canadienne d'hypothèques et ...

durée Hier 18h00

Les mini-hôpitaux axés sur les besoins des aînés pour désengorger les urgences

À mi-chemin entre un groupe de médecine de famille (GMF) et un hôpital, le gouvernement du Québec a clarifié mercredi son modèle de mini-hôpitaux privés qui se concentrera sur les besoins des aînés.  Deux mini-hôpitaux, qui ressembleront à des cliniques spécialisées en gériatrie, verront le jour dans les régions de Montréal et de Québec.  Le ...