Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Regroupement des organismes québécois pour les hommes agressés sexuellement

Les hommes victimes d'abus sexuels souvent silencieux à cause de leur socialisation

durée 12h00
15 mai 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Entre 10 et 20 % des hommes auraient vécu une agression sexuelle au cours de leur vie au Québec, mais ce taux pourrait être sous-estimé en raison de la socialisation masculine, soulève un premier rapport du Regroupement des organismes québécois pour les hommes agressés sexuellement (ROQHAS). 

La prévalence des violences chez les hommes est encore plus importante chez certains groupes, tels que «les hommes issus des communautés GBTQ+, les étudiants, les hommes des Premières Nations et Inuit et les hommes ayant une incapacité». 

Le ROQHAS rapporte que les «jeunes hommes gais et bisexuels sont près de cinq fois plus susceptibles d’avoir vécu des abus sexuels dans l’enfance comparativement aux hommes hétérosexuels». 

Du côté des étudiants, on estime qu'environ un homme sur quatre vivra une forme de violence sexuelle en milieu collégial ou universitaire, indique le document. 

«Les statistiques sur l’agression sexuelle ne feraient qu’effleurer la pointe de l’iceberg du nombre d’infractions réelles chez les hommes sachant que c’est l’un des crimes les moins dénoncés», mentionne le rapport. Au Québec, les hommes ont deux fois plus de chances de ne jamais dévoiler leur abus sexuel que les femmes. 

Le regroupement reconnaît qu'il y a bien moins d'agressions sexuelles vécues par des hommes que par des femmes, mais il souligne que ces abus méritent d'être reconnus.

Le rapport insiste sur les défis pour déceler l'agression sexuelle chez les hommes. Il affirme qu'il y a un manque de ressources pour ces victimes, ce qu'a reconnu en 2020 le comité d’experts sur l’accompagnement des victimes d’agressions sexuelles et de violence conjugale. 

Selon le ROQHAS, la solution est «de lutter contre les stéréotypes de genre, de sensibiliser et d'éduquer le public et les professionnels sur cette réalité encore marginalisée, de soutenir les services existants aux hommes ayant vécu une agression sexuelle». Il souhaite aussi une représentation plus équilibrée des hommes victimes dans les politiques gouvernementales.  

Les organismes œuvrant auprès des hommes ayant subi des abus ont soulevé le besoin de formations et d'avoir un espace de discussion sur les différents enjeux, ce qui permettrait aux membres et intervenants de se rassembler. 

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Katrine Desautels, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 15h00

Des «goulots d’étranglement» à Francisation Québec

Depuis sa création il y a environ un an, Francisation Québec peine à répondre à la demande, ce qui provoque des «goulots d’étranglement». Près de la moitié des personnes qui ont fait une demande d’inscription n’avaient toujours pas commencé leurs cours en date du 15 avril 2024. C’est ce qui ressort du dernier rapport du commissaire à la langue ...

28 mai 2024

Climat: le Groupe d’experts en adaptation remet ses recommandations

Les membres du Groupe d’experts en adaptation aux changements climatiques (GEA) ont remis mardi matin leurs recommandations au gouvernement de François Legault. À l’automne 2023, le ministre de l’Environnement Benoit Charette avait annoncé la création d’un groupe d’experts dont le mandat est de conseiller le gouvernement sur l’adaptation aux ...

28 mai 2024

Il reste beaucoup à faire pour lutter contre l'antisémitisme, selon des universités

Quatre présidents d'université ont reconnu lundi que l'antisémitisme constituait un problème sur leurs campus, devant les députés fédéraux. Les députés ont interrogé les présidents de l'Université de Toronto, de l'Université McGill, de l'Université Concordia et de l'Université de la Colombie-Britannique sur leurs codes de conduite, leurs réponses ...