Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Journée internationale des droits des femmes

Près de 7500 femmes dans l'industrie de la construction au Québec en 2023

durée 09h00
8 mars 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

La progression des femmes dans l'industrie de la construction continue; elle a atteint un sommet de 7470 travailleuses ayant oeuvré sur un chantier durant l'année 2023, soit 250 de plus que l'année précédente.

Bien que le nombre absolu puisse paraître impressionnant de prime abord, cela ne représente toutefois que 3,8 % de la main-d'oeuvre totale dans l'industrie, indique vendredi la Commission de la construction du Québec (CCQ).

«On se rapproche de la moyenne canadienne, qui est à 3,9 %. Ça a toujours été quand même un défi pour nous. On était en écart de façon plus significative par rapport à la moyenne canadienne» auparavant, a souligné Audrey Murray, présidente-directrice générale de la CCQ, en entrevue à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes.

«Bien sûr qu'il faut faire plus. Et tout le monde est concerné par ça: tant la CCQ, les syndicats que les entreprises de construction. En fait, la bonne nouvelle, c'est que je pense que tout le monde le reconnaît, qu'on doit faire plus.»

Ce sont ainsi 4460 entreprises de construction qui ont embauché des femmes, cette année-là, soit 16,2 % d'entre elles.

Parmi ces travailleuses de la construction, on comptait 1820 peintres, 1390 charpentières-menuisières et 1390 qui avaient une occupation non spécialisée. 

Aussi, dans les métiers où on comptait au moins 10 % de femmes, on note ceux de peintre, de calorifugeuse, de plâtrière et d'arpenteuses.

Bien que davantage de femmes intègrent l'industrie, il est connu qu'elles abandonnent en plus grande proportion que les hommes. Mme Murray évoque un taux d'abandon après cinq ans de 30 % pour les hommes et de 50 % pour les femmes.

«On a documenté les facteurs d'abandon. Qu'est-ce qui est difficile pour les femmes?», relate Mme Murray. En premier lieu vient le climat de travail; en second, la conciliation travail-famille; puis en troisième, les conditions difficiles d'exercice du métier.

Pour ce qui est du climat de travail, Mme Murray sent «une réelle volonté de travailler là-dessus», de la part de tous les acteurs de l'industrie.

Dans le cadre du prochain Programme d'accès à l'égalité dont elle veut se doter, la CCQ va lancer un sondage auprès des travailleuses encore actives dans l'industrie, de celles qui ont quitté depuis cinq ans et auprès des entreprises. Elle veut ainsi mieux comprendre la situation. «Qu'est-ce qui les a aidées? Qu'est-ce qui n'a pas aidé? Qu'est-ce qui rend la chose difficile?» 

La Commission s'était donné comme objectif d'atteindre 4,5 % de femmes en 2024, mais la cible sera difficile à atteindre, compte tenu du ralentissement dans le secteur de la construction résidentielle, par exemple.

Lia Lévesque, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


5 avril 2024

Alerte: le taux de chômage s'établit à 6,1 % au Canada et à 5,0 % au Québec en mars

L'emploi a peu varié au Canada en mars, alors que le taux de chômage a augmenté de 0,3 point de pourcentage pour atteindre 6,1 %, selon Statistique Canada. Au Québec, l'emploi a reculé de 18 000 et le taux de chômage a progressé de 0,3 point de pourcentage pour atteindre 5,0 %. Plus de détails à venir.

2 avril 2024

Fitzgibbon ne ferme pas la porte à offrir des minéraux pour attirer des entreprises

Le ministre de l'Économie, de l'Innovation et de l'Énergie Pierre Fitzgibbon ne ferme pas la porte à offrir des minéraux, comme le lithium, pour attirer de nouveaux joueurs dans la filière batterie. Selon ce que rapportait Radio-Canada la semaine dernière, le gouvernement serait prêt à céder des parts qu’il détient dans l’entreprise Nemaska ...

2 avril 2024

Le code de conduite ne ferait pas augmenter les prix, défend le patron d’Empire

Le grand patron d'Empire, Michael Medline, a défendu qu'il n'existe aucune preuve qu'un code de conduite des épiciers ferait augmenter les prix des aliments au Canada.  Le président et chef de la direction de la société mère de Sobeys, qui exploite l'enseigne IGA au Québec, a fait ce commentaire lors d’un événement du Conseil canadien du commerce ...