Publicité

23 février 2021 - 10:00

La Maison amérindienne de Mont-Saint-Hilaire

Cinq artistes réalisent une sculpture animalière de neige monumentale

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Par ces temps où règne une certaine morosité dû à la pandémie et que la neige s’accumule, la directrice générale de La Maison amérindienne, Chantal Millette, a eu l’idée lumineuse de faire vivre les énormes amas de neige qui s’entassaient sur le stationnement de l’institution.

Pourquoi ne pas rendre cette neige utile en façonnant une œuvre d’art que les enfants pourraient s’approprier, tout en développant une symbolique liée aux valeurs Autochtones ? Faire une sorte de symposium ou de Land art hivernal collectif, en créant une seule œuvre monumentale. LA TORTUE, puisque à l’origine de la Terre-Mère selon la légende iroquoienne, a été retenue.

La légende

Les Iroquois qui ont longtemps vécu le long de la rivière Richelieu, croyaient que la terre où vivent tous les hommes était une île sur laquelle était descendue d'un monde céleste une femme, nommée Aataentsic. Cette femme fut recueillie sur le dos de la Grande Tortue, à la demande des animaux (qui étaient alors aquatiques). Le plus humble de ceux-ci, le crapaud, réussit à ramasser, en plongeant, du limon que la Petite Tortue étendit sur la carapace de la Grande Tortue, laquelle s'agrandit jusqu'à former le monde (l'Amérique) tel que le connurent les Premières Nations.

Le fondateur de La Maison amérindienne, l’artiste ethnographe André Michel, en a fait un croquis pour déterminer l’orientation de l’animal, sur quelle patte se trouverait l’escalier mais aussi les glissades pour que le tout soit sécuritaire et permette une certaine surveillance. Des amis artistes ont été invités à s’associer à la création de cette monumentale tortue. Le collectif venait de naître. C’est ainsi que André Boisvert, Alain Dionne, Philippe Fleury et Bruno Tassé se sont attelés avec André Michel à façonner l’œuvre monumentale. Le premier jour, Réal Authier est venu avec sa machinerie lourde rassembler et tasser la neige en forme de maison longue iroquoise pendant que le technicien, Benoit Millette avec la souffleuse à neige saupoudrait la forme, avant que les artistes dégrossissent corps et carapace de la tortue. Le lendemain, les joyeux artistes ont continué avec amour et complicité le façonnage de l’animal avec mains et outils. Trois jours plus tard, la Tortue avait sa patte avant gauche en forme d’escalier pour accéder à une plateforme au sommet de sa carapace et deux pattes arrière devenues des glissades pour le grand bonheur des enfants à l’approche de la semaine de relâche.

Cette initiative de La Maison amérindienne a pu voir le jour grâce à l’implication d’artistes et d’entrepreneurs de la communauté avec la complicité de la Ville de Mont-Saint-Hilaire. De leur côté, les artistes ont décidé de créer un collectif et souhaitent recommencer l’expérience dans les années à venir. Déjà, ils réfléchissent à quel animal, ils donneront vie…

Rappelons que La Maison amérindienne, ses expositions et sa boutique, sont ouvertes du lundi au vendredi de 9h à 17h et la fin de semaine de 13h à 17h. Pour information/réservation : 450 464-2500. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vallée-du-Richelieu Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vallée-du-Richelieu Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.