Publicité

3 juin 2021 - 09:59

Annonce du ministre de la Famille

Près de 200 M$ pour relancer la garde en milieu familial et offrir plus de places

Léa Arnaud

Par Léa Arnaud, Journaliste

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a annoncé ce matin que le gouvernement du Québec allait mettre en place de nouvelles mesures afin de relancer la garde en milieu familial et ainsi créer des places supplémentaires pour répondre aux besoins des familles, le tout pour près de 200 M$ sur les cinq prochaines années. 

Les mesures annoncées permettront de stimuler la création de places en milieu familial, tout en freinant la disparition de plusieurs de ces services depuis de nombreuses années.

« La fermeture de nombreux milieux familiaux depuis 2014 a fragilisé l'offre en services de garde pour les familles du Québec. Aujourd'hui, il s'agit d'une relance majeure et jamais vue de la garde en milieu familial. Je veux dire aux milliers de femmes et aux hommes qui accueillent des enfants dans leur maison : je vous ai entendus. Ce sont des mesures concrètes qui vont vous faciliter la vie », a exprimé le ministre Lacombe. 

Incitatifs financiers
D'abord, un montant forfaitaire de 3 500 $ sera offert aux personnes qui veulent devenir responsables d'un service de garde en milieu familial (RSG). Cette somme permettra notamment de faire l'achat d'équipements. C’est un incitatif pour soutenir les personnes qui ont déposé une demande de reconnaissance et qui s'engagent à offrir le service pendant au moins un an. 

Ensuite, un soutien financier pouvant atteindre 6 000 $ sera offert aux RSG qui offriront neuf places. Cette somme leur permettra de compenser les dépenses additionnelles, en particulier l'embauche d'une personne assistante.

Enfin, un montant forfaitaire annuel de 3 000 $ sera versé pendant les deux prochaines années aux RSG ayant maintenu, à leur reconnaissance, au moins six places subventionnées durant une année complète d'ouverture.

« L'annonce d'aujourd'hui est une grande avancée pour les intervenantes en milieu familial. Avec ces mesures, le ministre démontre qu'il a entendu notre appel et pose des gestes concrets afin de valoriser le métier de responsable en milieu familial. C'est un grand pas pour recruter de nouvelles intervenantes, mais c'est aussi une reconnaissance pour toutes celles qui se dévouent chaque jour au développement de nos tout-petits depuis de nombreuses années », d’ajouter Valérie Grenon, présidente de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ).

Toutes ces mesures visent le développement rapide de l'offre en milieu familial, en plus de soutenir le maintien des services déjà offerts. Elles soutiendront la relance économique en permettant à plus de parents de travailler.

Ajustements au calcul du ratio
D'autres initiatives viendront compléter ce plan, comme des allègements administratifs, législatifs et réglementaires. 

L'un d'eux est entré en vigueur hier, le 2 juin, suite à la sanction du projet de loi no 82. Par conséquent, les enfants de la RSG, ou de son assistante, qui sont âgés de neuf ans et moins fréquentant l'école, n'ont plus à être comptabilisés dans le ratio. Cela, seulement s'ils sont présents pour de courtes périodes, soit le matin, le midi et en fin d'après-midi, ou lorsqu'ils vont à l'école ou participent à une activité estivale le reste de la journée.

« La FSSS salue l'annonce faite par le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe. Nous ne pouvons que constater que nos échanges et représentations politiques des derniers mois ont porté fruit. Nous pensons que cette annonce marquera un tournant, qu'elle encouragera les responsables de service de garde en milieu familial et améliorera l'accessibilité pour les parents qui en ont grandement besoin », a terminé Lucie Longchamps, vice-présidente de la FSSS-CSN. 

À lire également
Manque de places en services de garde éducatifs à l’enfance : un recul majeur pour les femmes
Le manque de places en services de garde nuit à l’activité économique

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vallée-du-Richelieu Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vallée-du-Richelieu Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.