Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Commission Kamel

Hécatombe dans les CHSLD: Arruda défend les décisions prises par le gouvernement

durée 07h00
13 novembre 2021
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne

Le Dr Horacio Arruda ne se rappelle pas s’il a recommandé ou non d’arrêter le mouvement de personnel entre les milieux d’hébergement lors de la première vague de la COVID−19.

Il répondait jeudi aux questions de la coroner Géhane Kamel, qui mène actuellement une enquête sur les décès survenus en CHSLD durant les premiers mois de la pandémie. 

La coroner a souligné que la Colombie−Britannique, elle, avait interdit tout mouvement de personnel entre les établissements dans le but de freiner la propagation de la COVID−19.

Le directeur national de santé publique a répondu qu’il allait devoir faire certaines vérifications, qu’il n’était pas certain d’avoir fait cette recommandation.

Il a précisé cependant n’avoir jamais eu de conversation à ce sujet avec son homologue de la Colombie−Britannique, arguant que les provinces n’opéraient pas nécessairement de la même façon.

« Les organisations de services ne sont pas du tout nécessairement les mêmes d’une province à une autre. »

De mars à août 2020, pas moins de 5157 personnes âgées vivant en centre d’hébergement au Québec sont décédées dans ce que plusieurs ont qualifié d’hécatombe.

Au cours de son témoignage, le Dr Arruda a défendu les décisions prises par le gouvernement, notamment celle de retirer les proches aidants des milieux pour aînés, à la mi−mars. 

Il a expliqué que les proches aidants étaient souvent eux−mêmes des personnes âgées vulnérables. « C’était véritablement pour les protéger eux et pour protéger l’établissement », a−t−il dit.

Le Dr Arruda a aussi défendu la décision prise le 23 mars 2020 d’isoler pendant 14 jours les travailleurs de la santé asymptomatiques.

Il s’est dit conscient que des bris de services allaient possiblement survenir, mais sans cette décision, « ça aurait pu exploser encore plus », selon lui.

Me Kamel a demandé pourquoi, malgré tous les plans existants, le délestage du personnel n’avait pas été mieux préparé. «C’est ce bout−là qui m’échappe», a−t−elle dit.

À cela, le Dr Arruda a répondu que le Québec faisait face à un « problème de main−d’œuvre inouï ».

Masques et tests de dépistage
L’expert en santé publique s’est aussi fait interroger sur la lenteur du gouvernement à imposer le port du masque et à instaurer le dépistage en CHSLD.

Au 21 avril 2020, il y avait déjà 4000 travailleurs de la santé qui étaient infectés, a souligné le Dr Jacques Ramsay, qui assiste la coroner dans ses travaux.

L’important était surtout de bien appliquer les mesures de prévention et contrôle des infections (PCI), comme le lavage des mains, a maintenu le Dr Arruda.  

Il a également rappelé qu’au printemps 2020, la capacité de dépistage du Québec n’était pas « exponentielle ». C’est la raison pour laquelle il fallait « tester les bonnes personnes au bon moment ».

Plus tard, un avocat représentant des travailleurs de la santé a demandé au directeur national de santé publique s’il avait l’intention de séparer ses rôles.

Le Dr Arruda porte à la fois le chapeau de directeur national de santé publique et de sous−ministre adjoint. Il a réitéré qu’il se sentait bien dans ses fonctions, libre et indépendant.

Son témoignage se poursuivra lundi matin.

Caroline Plante, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


23 juin 2022

Sondage: les Québécois sont d'accord avec les chèques, selon Legault

Les Québécois aiment les chèques offerts par le gouvernement pour lutter contre l’inflation, déduit le premier ministre François Legault d’un sondage publié mercredi, en laissant miroiter des baisses d’impôt en 2023. Le coup de sonde Léger Marketing commandé par Québecor suggère pourtant que le gouvernement caquiste aurait baissé dans les ...

23 juin 2022

Planter des arbres en terres agricoles en échange de crédit carbone

Québec octroie un financement au projet «Demain la forêt», initié notamment par les Cowboys fringants, afin de planter des arbres et créer des puits de carbone naturels sur des terres agricoles. Une pratique qui permettrait aux agriculteurs d’obtenir des crédits carbone qu’ils pourraient éventuellement monétiser. L’équipe de scientifiques et de ...

22 juin 2022

Le Canada interdit les plastiques à usage unique

Le gouvernement du Canada annonce des mesures pour interdire les plastiques à usage unique néfastes de sorte qu’ils ne se retrouvent pas dans l’environnement. Le ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Steven Guilbeault, et le ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, ont publié la version définitive du règlement visant à ...