Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Une promesse critiquée

La baisse d’impôt promise par la CAQ désavantage les moins nantis, selon l’IRIS

durée 10h00
15 mars 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Les moins nantis sont désavantagés par la baisse d’impôt promise par le gouvernement Legault, déplore un rapport de l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS) qui recommande plutôt d’allouer cet argent dans les services publics. 

La baisse promise représenterait une économie d’impôt de 814 $ pour les contribuables gagnant un revenu annuel supérieur à 100 000 $, souligne l’organisme de réflexion de gauche. L’économie est de 378 $ pour un contribuable faisant 55 000 $. 

Près de 35 % de la population québécoise ne gagnera pas suffisamment de revenus pour profiter de l’allègement fiscal. «Ce serait une baisse d'impôt inéquitable, car elle favoriserait surtout les contribuables avec des revenus plus élevés», déplore le chercheur Guillaume Hébert, en entrevue. 

Le gouvernement Legault a promis de réduire d’un point de pourcentage le taux d’imposition des deux premiers paliers. La mesure fiscale de près de 2 milliards $ sera financée en réduisant les versements au Fonds des générations. 

M. Hébert est d’accord avec l’idée de revoir les versements au Fonds des générations qu’il compare à «une camisole de force» qui «cache» les surplus budgétaires afin de limiter les dépenses gouvernementales, selon lui. 

L’argent alloué aux baisses d’impôt devrait plutôt servir à financer les services publics comme l’éducation et la santé, selon l’IRIS. Son chercheur donne en exemple le manque de personnel dans les établissements de santé, les besoins dans le secteur des services à domicile pour les aînés ou le manque de place en centre de la petite enfance (CPE). «Les services publics sont déjà en mauvais état.»

Dans un contexte de rareté de la main-d’œuvre, le chercheur ne pense pas que ces dépenses supplémentaires représenteraient un coup d’épée dans l’eau.

«La rareté de la main-d’œuvre, c'est souvent une rareté au prix que les employeurs voudraient payer.

«Quand on valorise suffisamment les emplois, quand on a des milieux de travail qui sont attirants, qui ne font pas mettre en "burn-out" un pourcentage tout à fait exagéré du personnel, on est capable d'avoir des gens et de les retenir [les employés du secteur public]», ajoute-t-il.

Une promesse critiquée

La baisse d’impôt promise ne fait pas l’unanimité et ses détracteurs ont fait plusieurs sorties publiques à l’approche du prochain budget provincial, qui devrait confirmer son adoption le 21 mars prochain. 

Pour des raisons parfois différentes, des économistes, des groupes de la société civile et des syndicats ont demandé au ministre des Finances, Eric Girard, de renoncer à la promesse électorale de la Coalition avenir Québec (CAQ). Certains plaident en faveur d’un investissement supplémentaire dans les services publics, d’autres aimeraient qu’on maintienne les versements au Fonds des générations pour continuer la réduction de la dette publique.

L’allègement fiscal compte aussi ses défenseurs. La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) avait fait une sortie publique pour inciter le gouvernement à respecter sa promesse électorale. «On parle d'équité intergénérationnelle, mais assurer un fardeau fiscal plus avantageux pour les jeunes, c'est aussi de l'équité intergénérationnelle, avait dit en entrevue son vice-président pour le Québec, François Vincent. Qu'on reste les plus taxés n'est pas nécessairement la meilleure chose.» 

Plus taxé qu’en Ontario?

Le ministre Girard avait défendu la baisse d’impôt prévue, en soulignant que la classe moyenne québécoise était plus imposée qu’en Ontario. «Ce n'est pas quelqu'un qui gagne 300 000 $ qui paie plus d'impôt qu'en Ontario, toute proportion gardée. C'est à 70 000 $ de revenus que vous payez 36 % plus d'impôt au Québec qu'en Ontario», avait-il dit lors d’une conférence devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, en décembre.

La comparaison avec l’impôt des autres provinces ne donne pas un portrait d’ensemble, juge M. Hébert. «Il faut faire attention avant de dire que les Québécois sont les plus imposés en Amérique du Nord.»

La situation de chaque ménage aura un impact sur son taux d’imposition réel lorsqu’on tient compte des transferts aux familles, par exemple.

«Il faut regarder différents types de ménages pour voir comment leur taux d'imposition évolue. Il faut regarder aussi les prestations que reçoivent les gens, notamment les familles.

«On constate que pour une mère monoparentale ou une famille qui a des revenus moyens avec deux enfants, le taux d'imposition chute dramatiquement et place le Québec parmi les endroits où c'est le plus avantageux, où l'impôt est le moins lourd.»

Stéphane Rolland, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 15h00

Alerte: le ministre du Travail, Seamus O'Regan, quitte le cabinet

Le ministre du Travail et des Aînés, Seamus O'Regan, quitte le cabinet de Justin Trudeau et ne se représentera pas aux prochaines élections fédérales, selon deux sources bien au fait de la situation. Le ministre de 53 ans a été élu au Parlement en 2015 et fait partie du cabinet depuis 2017. Il a été à la tête de plusieurs ministères. Plus de ...

17 juillet 2024

L'équipe de direction de Santé Québec prend forme avec quatre nouvelles nominations

Quatre nouveaux membres font leur entrée dans l'équipe de direction de l'agence Santé Québec. D'autres nominations seront annoncées d'ici la fin de l'été, moment où l'équipe exécutive devrait être complète. Les nouveaux membres sont Julie Boucher, Sonia Dugas, Patrick Thierry Grenier et Vincent Lehouillier. Leur nomination a été entérinée par le ...

16 juillet 2024

Le ministre Champagne croit qu'il faut se pencher sur la sécurité des élus fédéraux

François-Philippe Champagne croit que le temps est venu de se pencher sur la sécurité des membres du gouvernement fédéral, les ministres fédéraux n’ayant pas de gardes de sécurité qui les accompagnent dans leurs déplacements. Interrogé sur cette question dans la foulée de l’attentat contre l'ex-président américain Donald Trump, samedi, le ...