Publicité

18 décembre 2013 - 00:00

Dure période pour les églises de toutes les confessions

Par Isabelle Laramée

Les églises unie, évangélique et anglicane de la région connaissent aussi une baisse du nombre de fidèles, obligeant les responsables à remuer ciel et terre pour pouvoir garder leur lieu de culte.

La baisse du nombre d'adeptes est directement liée à la diminution du nombre d'anglophones, notamment à Otterburn Park, croit Éric Fox, lecteur laïc à l’église anglicane Saint-Martin. Celle-ci est maintenant située dans une maison rénovée de la rue Prince-Édouard, à Otterburn Park.

Ce dernier garde un triste souvenir de la fermeture de l’ancienne église, qui avait jadis pignon sur la rue Mountainvew. « C’était difficile de vendre l’église, car j’avais travaillé fort pour la garder. Je faisais les services gratuitement pour pouvoir la garder, mais les gens ne l’ont pas vu comme ça. Plusieurs personnes étaient fâchées et sont parties. Ils ne sont jamais revenus », dit M. Fox.

Même son de cloche du côté de l’Église Pentecôte de la Vallée-du-Richelieu. Le pasteur Denis Donnan admet que plusieurs membres ont délaissé l’église Mont Rocher, située rue Mountainview à Otterburn Park.

« On vit une baisse de l’assistance depuis quelques années. Les églises sont plus petites, car il y a certains frais comme l’hypothèque et l’entretien qui sont élevés », indique-t-il, soulignant que les gens présents sont cependant plus enthousiastes qu’auparavant.

L’église de M. Donnan s'est installée dans ses locaux dans les années 1960, après la première fusion des l’Église Unie d’Otterburn Park et de Beloeil. Les membres de l’Église Unie ont pour leur part dû faire une croix sur leurs locaux de Beloeil en 2009, après que le bâtiment eut été acheté par la Ville. Les cérémonies religieuses se tiennent maintenant à Saint-Bruno.

L’Église Unie louait jusqu’à tout récemment l’église catholique Notre-Dame-du-Bon-Conseil, à Otterburn Park, une fois par mois, afin d’accommoder les membres de la congrégation de la Vallée-du-Richelieu.

« On y faisait les célébrations pour les gens qui ne pouvaient pas se déplacer à Saint-Bruno. Nous nous sommes toutefois rendu compte que c’était les mêmes personnes qui assistaient aux célébrations aux deux endroits. Nous nous questionnons à savoir si nous allons poursuivre cela en 2014, puisqu’il n’y avait pas de nouveaux visages », explique le président du conseil de l’Église Unie de la Vallée-du-Richelieu, Norm Haslem, ajoutant que la communauté d’environ 70 membres continue ses activités communautaires dans la région.

Le pasteur Denis Donnan attribue également la baisse de fidèles à l’arrivée d'autres églises dans la région. « C’est souvent ce qui arrive lorsqu’une autre église arrive, comme le Carrefour évangélique de Beloeil, qui a récemment ouvert ses portes. Parfois, l’église accepte de ''prêter'' leurs membres à une église voisine. On aimerait être plus fort, mais ce n’est pas une note que l’on peut forcer. »

Une réalité que constate M. Fox. La maison reconvertie en lieu de culte accueille entre cinq et huit membres lors de ses rassemblements hebdomadaires. Il en a déjà été autrement.

« Je me rappelle de la première cérémonie que j’avais présidée, en 1976. Il y avait pas moins de 70 personnes dans l’assemblée. Il y a environ cinq ans, une quinzaine de personnes se rendait à l’église. Il y a donc un déclin, mais la situation est générale à plusieurs religions. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vallée-du-Richelieu Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vallée-du-Richelieu Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.