Publicité
28 mai 2019 - 11:24 | Mis à jour : 16:20

La CNESST dévoile les conclusions de son enquête

Ouvrier agricole enseveli mortellement en novembre 2018 sur la Ferme DG Noiseux, à Marieville

Par Salle des nouvelles

La CNESST rend aujourd'hui publiques les conclusions de son enquête sur l'accident du travail ayant coûté la vie à M. Réjean Sirois, ouvrier agricole pour la Ferme DG Noiseux 2013 inc., le 18 novembre 2018, à Marieville.

Au moment de l'accident, M. Sirois se trouvait à la ferme, au plan de séchage des grains de maïs, et assistait un collègue camionneur dans sa manœuvre de recul et de déchargement du grain. Une fois le véhicule stationné, M. Sirois s'est dirigé vers le côté de la benne basculante et a avisé le camionneur qu'il pouvait procéder au déchargement. Ce dernier a actionné l'ouverture des crochets, libérant ainsi le chargement au sol.

À ce moment, M. Sirois, qui n'était plus visible pour le camionneur, s'est déplacé, pour une raison inconnue, vers l'arrière de la benne. Se retrouvant dans la trajectoire du maïs, il a été complètement enseveli.

Dès le déchargement terminé, le camionneur est parti récupérer un dernier chargement puis, de retour au plan de séchage, ne voyant pas son collègue, il s'est mis à sa recherche. M. Sirois a été retrouvé plus tard par son employeur, qui avait lui aussi entrepris des recherches sur le site. Les services d'urgence ont été appelés sur les lieux et le décès de M. Sirois a été constaté au centre hospitalier.

Causes de l'accident

L'enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l'accident :

Alors que le camionneur activait la levée de la benne basculante et actionnait l'ouverture de la porte de la benne, le travailleur du plan de séchage s'est placé dans la trajectoire du déchargement et s'est fait ensevelir. Il a été asphyxié sous le grain;

L'organisation des tâches liées au déchargement du maïs au plan de séchage était déficiente puisqu'aucune mesure n'était en place pour empêcher l'accès à l'arrière de la benne basculante lors de ce type d'opérations.

À la suite de l'accident, la CNESST a interdit à l'employeur, la Ferme DG Noiseux 2013 inc., toute tâche de déchargement de grains au plan de séchage. Elle a également exigé que l'employeur élabore une procédure de travail sécuritaire concernant le déchargement de grains au plan de séchage et qu'il en informe les travailleurs.

L'employeur s'étant conformé à ces exigences, la CNESST a autorisé la reprise des tâches de déchargement au plan de séchage.

Comment éviter un tel accident

Pour prévenir les accidents liés à l'ensevelissement dans le secteur de l'agriculture, des solutions existent, dont la planification d'un aménagement sécuritaire du site et des aires de manutention des grains.

Par la loi, l'employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l'intégrité physique de ses travailleurs. Il a également l'obligation de s'assurer que l'organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l'accomplir sont sécuritaires.

Les travailleurs doivent faire équipe avec l'employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l'enquête

Afin d'éviter qu'un tel accident se reproduise, la CNESST informera des conclusions de son enquête l'Association du camionnage du Québec (ACQ), l'Association des routiers professionnels du Québec (ARPQ), l'Association nationale des camionneurs artisans inc. (ANCAI), le Regroupement des entrepreneurs et des camionneurs indépendants du Québec (RECIQ), l'Union des producteurs agricoles (UPA) et l'Association canadienne de sécurité agricole (ACSA).

De plus, le rapport d'enquête sera diffusé dans les établissements de formation offrant les programmes d'études en transport routier de même que les programmes en agriculture pour sensibiliser les futurs travailleurs.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vallée-du-Richelieu Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vallée-du-Richelieu Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.