Publicité
28 septembre 2019 - 06:00

Santé enfance

Un guide pour coordonner les services éducatifs à la petite enfance et les services de réadapatation spécialisés

Par Salle des nouvelles

Le guide "Au-delà des différences, ICI on collabore!" a été présenté cette semaine dans les locaux du RCPEM à Saint-Hubert. Il a été mis en place pour favoriser la collaboration et le partenariat  entre les services éducatifs à la petite enfance et les services de réadaptation spécialisés pour l’intégration des enfants ayant un trouble du spectre de l’autisme.

La mission des centres de la petite enfance CPE est d'accueillir tous les enfants, indépendamment de leur condition sociale, culturelle ou physique. Ils soutiennent la pleine participation sociale des enfants ayant des besoins particuliers, notamment en favorisant leur intégration en services éducatifs à la petite enfance.

À la suite d'un travail mené conjointement par le CISSS de la Montérégie Ouest et le Regroupement des centres de la petite enfance de la Montérégie (RCPEM), la Montérégie a désormais un nouvel outil à sa disposition : Au-delà des différences, ICI on collabore!

Devant une salle comble formée d’intervenants de la petite enfance et des services de réadaptation spécialisés, la directrice générale du RCPEM, madame Claudette Pitre-Robin, et la présidente directrice adjointe du CISSS de la Montérégie-Ouest, madame Céline Rouleau, ont toutes deux pris la parole. « Je suis fière de voir nos équipes faire preuve d’audace afin que nos enfants ayant un trouble du spectre de l’autisme puissent bénéficier des meilleures interventions possibles. Ce guide témoigne de la volonté de consolider le partenariat entre nos deux réseaux afin de pouvoir offrir le meilleur à nos enfants » a mentionné madame Rouleau.

Madame Sylvie Melsbach du RCPEM, et Élodie Bergeron du CISSS de la Montérégie-Ouest, qui pilotent le dossier dans leur organisation respective, ont également pris la parole: « Voilà plus de quatre décennies que nous travaillons de concert avec nos partenaires de la santé et des services sociaux à mieux intégrer les enfants à besoins particuliers dans nos services de garde » a souligné fièrement madame Melsbach.

Mieux se connaître pour relever les défis

La Table de concertation pour l’intégration des enfants handicapés en services de garde de la Montérégie, dont font partie plusieurs partenaires, cherche de son côté des solutions ou des ressources pour dénouer des situations, dont certaines complexes, liées à l’intégration d’enfants porteurs de handicaps ou de difficultés comportementales.

Les représentantes de cette Table ont d’ailleurs profité de la conférence de presse pour souligner que le guide Au-delà des différences, ICI on collabore! permettra aux intervenantes des deux réseaux de mieux se connaître et de relever ensemble les défis propres à l’application du programme d’Intervention comportementale intensive (ICI) en service de garde.

« Malgré la volonté de nos milieux et tous les efforts qui sont menés de part et d’autre, a conclu Sylvie Melsbach, nous restons vivement préoccupés par la situation que vivent les enfants besoins particuliers. D'année en année, les actions sont de plus en plus concertées entre le milieu de la petite enfance et le milieu des services de réadaptation spécialisés. Toutefois, il restera toujours beaucoup à faire et à réfléchir pour bien arrimer nos expertises et nos actions ».

L'intégration des enfants à besoins particuliers en service de garde :
la réponse du RCPEM à l'émission de Radio-Canada pour le cas d'expulsion d'enfant

Le Regroupement des centres de la petite enfance de la Montérégie avait, la semaine passée, fait face au projecteur de Radio-Canada le 17 septembre dernier. L'émission La Facture avait souligné un cas d'expulsion d'enfants à Longueil. Le RCPEM a souhaité préciser que cette situation est malheureuse et, somme toute, extrêmement rare. Chaque enfant possède ses particularités, mais l’intégration des enfants à besoins particuliers fait souvent appel à la mise en œuvre d’environnements et de structures particulières.

En réaction à l’émission, le RCPEM ne veut surtout pas minimiser la détresse des parents, l’importance des besoins des enfants et la complexité de la situation. Il souhaite toutefois souligner que l’intégration des enfants à besoins particuliers, et tout spécialement celle des enfants qui présentent des troubles sévères de comportement, ne peut se faire sans un solide partenariat de tous les acteurs concernés.

Ces enfants ont des besoins spécifiques auxquels les services de garde, appelés à faire de l’intégration et non de la réadaptation, ne peuvent pas nécessairement répondre. Il est très complexe de maintenir des enfants aux troubles sévères de comportements (agressivité, désorganisation, cris et hurlements, etc.) dans un groupe régulier. Les défis sont très importants et souvent très difficiles à relever; d’ailleurs, lorsqu’ils quittent leur CPE, certains de ces enfants ne peuvent pas fréquenter l’école régulière, mais sont accueillis dans des services qui, eux, bénéficient de ressources spécialisées.

Quelques chiffres de la situation des CPE

Lors de la cueillette d’information, 52% des CPE ont mentionné qu’ils accueillent actuellement de 5 à 9 enfants handicapés par installation (un CPE pouvant coordonner jusqu’à 5 installations) et pour 26%, ce nombre s’élève plutôt de 10 à 12 enfants handicapés par installation. De plus, pour la même année, 69 enfants lourdement handicapés ou à troubles importants de comportement ont pu être intégrés ou ont pu garder leur place dans un CPE de la Montérégie grâce à la subvention liée à la Mesure exceptionnelle de soutien à l’intégration dans les services de garde pour les enfants handicapés ayant d’importants besoins du ministère de la Famille.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vallée-du-Richelieu Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vallée-du-Richelieu Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.