Publicité

16 août 2020 - 09:00

À tous les acteurs touchés ou impliqués

Des organismes rappellent quelles sont les ressources gratuites en matière d'agressions sexuelles

Par Salle des nouvelles

Dans un contexte où, depuis plus de deux semaines, une troisième vague de dénonciations frappe le Québec, la Table de concertation en violence conjugale et agressions à caractère sexuel de Laval (TCVCASL) a récemment rappelé l’importance pour les jeunes d’aller chercher de l’aide et de ne pas hésiter à utiliser les ressources en place. Une liste de ressources gratuites pour eux a été réalisée.
 
Cette initiative est née avec le soutien du Réseau des Centres d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC), du Regroupement des intervenants en matière d’agression sexuelle (RIMAS) et l’appui de nombreux partenaires.
 
Rappelons qu’en 2016, 46,4 % de toutes les victimes d’infractions sexuelles enregistrées au Québec par les corps policiers étaient mineures et, qu’en 2006, 16 % de la population québécoise, soit environ un homme sur 10 (9,7 %) et près d’une femme sur quatre (22,1 %), rapportaient avoir vécu au moins un incident d’agression sexuelle avec contact avant l’âge de 18 ans.
 
Les destinataires: tous les acteurs touchés ou impliqués
 
La Table de concertation de Laval souligne que ce mouvement de dénonciation est un cri du cœur quant aux violences sexuelles subies, sous toutes ses formes, notamment, les commentaires sexistes ou misogynes, le harcèlement, les attouchements et le viol.
 
L'organisme interpelle tous les acteurs pouvant aider. Aux jeunes qui ont vécu une agression, la Table de concertation rappelle qu'ils n'ont pas à avoir honte et que ce n’est pas de leur faute. « Ne reste pas seul.e avec ça, tu peux aller chercher de l’aide pour toi. On te croit et on va être là pour toi, te soutenir dans ce que tu vis et t’écouter. On peut t’aider! », martèle l'organisme.
 
Aux jeunes qui ont commis ou qui craignent de commettre un geste à caractère sexuel non-consenti envers quelqu’un d’autre, la structure rappelle que de l'aide est disponible pour eux également. « Tu seras accueilli.e sans jugement et tu développeras les moyens pour ne plus répéter ces gestes », appuie la TCVCASL.
 
Aux parents ou toute autre personne significative d’un jeune qui a été victime d’une agression sexuelle, d’un enfant qui a des comportements sexuels problématiques ou d’un.e adolescent.e ayant commis des agressions sexuelles, l'organisme rappelle qu'ils ne sont pas seuls. Et enfin, aux enseignant.e.s, une direction d’école, au primaire ou au secondaire, des formations ont été développés par des intervenants.es dans des organismes locaux afin d’éduquer les jeunes à une sexualité saine et consentante.
 
Voici la liste des organismes et ressources gratuites pour toutes ces personnes en Montérégie :
 
  • CAVAS
Le CAVAS vient en aide aux enfants, adolescent.e.s et jeunes adultes victimes. Il offre également du soutien pour les parents et toute personne significative. / 450-778-9992 / www.cavas-info.org
 
  • CIVAS L'expression libre du Haut-Richelieu (Haut-Richelieu – Rouville)
L'expression libre vient en aide aux enfants, adolescent.e.s et jeunes adultes victimes. Il offre également du soutien pour les parents et toute personne significative. / 450-348-4380 / www.expressionlibre.ca
 
  • CIVAS Montérégie
Le CIVAS Montérégie vient en aide aux adolescent.e.s ayant commis des agressions sexuelles, programmes et aux adolescent.e.s et jeunes adultes craignant de commettre une agression sexuelle (sans passage à l'acte). Il offre également du soutien pour les parents et toute personne significative. 450-656-6524/ https://www.civas.ca
 
 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vallée-du-Richelieu Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vallée-du-Richelieu Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.